Comment construire une Europe de la santé ?

Publié le 14/09/2022

Adopté en avril 2022, cet avis co-rapporté par Catherine Pajares y Sanchez (CFDT) et Benoît Miribel (Associations) formule 17 préconisations pour construire une Europe de la santé coordonnée, efficace et protectrice pour les citoyens.

Europe-sante

Alors que l’Union européenne vient de vivre une crise sanitaire majeure, face à laquelle elle a su apporter des réponses et des solutions, nous avons aujourd’hui la possibilité de bâtir les fondements d’une Europe de la Santé, qui est d’ailleurs appelée de ses vœux par les citoyennes et les citoyens. C’est pourquoi la CFDT salue l’engagement du CESE qui a investi ce champ et dont l’avis porte des propositions pertinentes en faveur d’un modèle européen de santé pérenne.

Durant la pandémie, l’Union européenne a déployé des mesures opérationnelles dont certaines ont trouvé des traductions concrètes dans le quotidien des citoyens : la mise en place du Pass sanitaire européen qui a permis de faciliter le retour à la libre circulation, ou encore les pré-achats de vaccins. Assorties à un plan de relance européen, ces mesures ont participé à la légitimation de l’Union européenne comme acteur de la santé. Si de réelles avancées sont notables, la pandémie a également mis en lumière un défi de souveraineté sanitaire pour l’Union qui se pose en termes de sécurisation des chaînes d’approvisionnement, de gestion des stocks ou de relocalisation d’équipements ou de médicaments.

La CFDT partage la vision du modèle européen commun en matière de santé tel que le définit l’avis dans la préconisation 12. Celui-ci repose « sur les valeurs de solidarité et de cohésion sociale et territoriale de l’Union européenne, sur ses engagement internationaux (Objectifs de Développement Durable) et intégrant les interactions avec la santé animale et l’environnement », selon le concept “Une seule santé” (“One Health”).

Les valeurs de solidarité et de cohésion doivent se concrétiser dans la mise en œuvre de coopérations sur différents sujets, en particulier en matière de recherche scientifique. Mais ce modèle doit également être inclusif et démocratique, comme le préconise le CESE en développant une démocratie sanitaire européenne, ainsi qu’à l’échelle de chaque Etat-membre. Enfin, ce modèle doit tenir compte de l’ensemble des composantes de la santé : publique, au travail ou encore environnementale. Sur ce sujet, la CFDT agit pour diffuser la notion d’exposome et pour développer la place de la prévention au cœur de son action.

Cette vision transversale de la santé vise à participer au bien-être des individus, préoccupation majeure de la CFDT, et qui renvoie à la définition-même de la santé par l’OMS : « un état de complet bien-être physique, mental et social, qui ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d’infirmité ». C’est pourquoi, nous ne pouvons que partager la préconisation du CESE relative au soutien de la
résolution votée par le Parlement européen qui invite la Commission européenne, en consultation avec les partenaires sociaux, à proposer une directive « pour un nouveau cadre stratégique de l’Union pour la santé et la sécurité au travail ».