[Vidéo] Les syndicalistes européens font entendre leur voix

Publié le 29/04/2019

A un mois des élections européennes, la Confédération européenne des syndicats (CES) a appelé ses membres à se mobiliser, « pour une Europe de la démocratie, pour une Europe plus juste pour les travailleurs ».

A Bruxelles, ils étaient 8 000 syndicalistes, venus des quatre coins de l’Union européenne, à répondre à cet appel. « Je suis heureux de voir des syndicalistes venus de tous les pays, de France, d’Italie, d’Espagne… On sent que tout le monde en a ras la casquette ! » témoigne un syndicaliste belge de la FGTB.

Des syndicats résolument européens

CFDT Bruxelles NectouxL’objectif de ce rassemblement ? Adresser un message clair aux futurs élus européens : « l’Europe ne se fera pas sans les travailleurs et les travailleuses. Nous voulons une Europe plus sociale, plus dynamique et plus démocratique », a réaffirmé Laurent Berger. Face à la montée des populismes et de l’extrême-droite, les leaders syndicaux ont revendiqué leur engagement pro-européen. « Ne nous laissons pas avoir par les partis anti-européens, ils ne proposent aucune solution aux problèmes des travailleurs » a martelé Luca Visentini, le secrétaire général de la CES. « Notre Europe, nous la voulons sur une union des peuples, basée sur ses valeurs indivisibles et universelles. Parce que nous ne sommes pas dupes des discours de ceux qui ont fait de l’europhobie un fonds de commerce électoral », poursuit Laurent Berger. Mieke Callens, adhérente du syndicat belge CSC, applaudit et enjoint les européens à lutter contre le repli sur soi, « nous ne devons pas avoir peur ! »

 

Faire converger les droits des travailleurs

Le mouvement syndical européen réclame une plus grande convergence des droits. « Le socle européen des droits sociaux doit se traduire par des mesures concrètes, la mise en place d’un salaire minimum et la garantie d’une protection sociale dans chaque pays » permettraient de renforcer l’Europe sociale, argue Laurent Berger. Afin de redonner confiance aux citoyens dans le projet européen, la relance du dialogue social européen et le renforcement des capacités des partenaires sociaux dans les pays ou le dialogue social national est faible, devront être une priorité pour les nouveaux élus. « Nous voulons une Europe plus égalitaire », résume Susana Dussaillant de l’UGT espagnole. L’Union européenne devra privilégier la voix de ses citoyens plutôt que celle des seuls intérêts économiques. La CES et les syndicats seront vigilants. Luca Visentini prévient, « ces élections sont les plus importantes que nous ayons connues au cours de ces dernières décennies. 

glefevre@cfdt.fr

photos © T Nextoux