Vibrations mécaniques

Publié le 15/02/2017

Pour chaque mode de transmission – vibrations transmises aux mains et aux bras et vibrations transmises à l’ensemble du corps – le code du travail définit une valeur limite d’exposition journalière rapportée à une période de référence de huit heures à ne pas dépasser, et des valeurs d’exposition journalière rapportée à une période de référence de huit heures au-delà desquelles l’employeur doit déclencher des actions de prévention, techniques ou organisationnelles.

Le seuil associé à ce facteur de pénibilité combine intensité et durée des vibrations.

Pour l’intensité, il s’agit de la valeur d’action, fixée par l’article R. 4443-2, et rapportée à une période de référence de huit heures :

  • 2.5 m/s² pour les vibrations transmises aux mains et aux bras ;
  • 0.5 m/s² pour les vibrations transmises à l’ensemble du corps.

Il est à noter que le fabricant de machines neuves devant indiquer dans la notice si l’équipement dépasse ou non ces deux seuils, l’employeur pourra utilement exploiter cette information.

Un travailleur sera considéré comme exposé à ce facteur au titre de la pénibilité dès lors que le temps cumulé d’exposition à des vibrations transmises aux mains et aux bras, ou à l’ensemble du corps, au-delà de ces seuils, est supérieur ou égal à 450 heures par an.