Mayotte fait face à une grave pénurie d’eau

Publié le 13/02/2017 à 12H05 (mis à jour le 14/02/2017 à 17H52)
Depuis la mi-décembre, le centre et le sud de l’île française de l’océan Indien, connaissent une pénurie d’eau. Un collectif contre cette pénurie dont la CFDT Mayotte fait partie a déjà manifesté à deux reprises le 2 et 6 février. 

Mayotte, l’île française de l’Océan Indien, est confrontée à un grave problème de pénurie d’eau. La sécheresse qui sévit dans le Sud et le centre de l’île explique en partie cette pénurie. En partie seulement, car les élus mahorais disposent de moyens destinés à la construction d’une troisième retenue collinaire d’eau et d’une deuxième usine de dessalement qui n’ont toujours pas été réalisées. Les autorités ont mis en place des citernes pour subvenir aux besoins des enfants des écoles. Le Préfet de Mayotte a posé des restrictions dans l’usage de l’eau telles que l’interdiction de laver les voitures, d’arroser les plantes et pour les entreprises du bâtiment de préparer du béton.   

Les 2 et 6 février, un collectif contre la pénurie d’eau a manifesté dans les rues de Mamoudzou. La CFDT Mayotte qui fait partie du collectif avait tiré la sonnette d’alarme dès le mois de décembre en indiquant que cette pénurie aurait des répercussions sur les activités du BTP et du tourisme. Maintenant, ce sont toutes les activités humaines qui sont impactées et une grande partie de l’île est soumise à des fortes restrictions de consommation. « Cette pénurie engendre des coûts supplémentaires pour une partie de la population qui n’a pas les moyens de s’acheter de l’eau minérale, constate Oussemi Balahachi, le secrétaire général de la CFDT Mayotte, de plus, si la sécheresse se poursuit, toute l’île risque d’être touchée d’ici la semaine prochaine et pourrait être rationnée. »

Didier Blain