cfdt.fr

 
  • Pourquoi adhérer

    Pourquoi adhérer ?

    L’adhésion est ouverte à toutes celles et à tous ceux qui veulent rejoindre la CFDT.

    Etre adhérent à la CFDT permet :

    - de bénéficier d’une information, d’un soutien individuel tant sur le plan professionnel que juridique dans le cadre des règles définies par la CNAS* CFDT,
    - d’être informé sur vos droits, sur l’actualité sociale de votre région, de votre branche professionnelle…

    à noter que

    Les adhérents peuvent bénéficier du nouveau service téléphonique "RÉPONSE À LA CARTE" . Ce service permet un accompagnement personalisé sur l'ensemble du territoire. Par exemple :
    • Une question sur votre contrat de travail ou votre statut professionnel ?
    • Un doute sur vos conditions de travail ?
    • Un besoin d’information sur la formation professionnelle ?
    • Une interrogation sur votre passage à la retraite ou sur le chômage ?
    • Un problème plus personnel de mobilité ou de logement ?

    Etre adhérent à la CFDT permet d'être acteur de la vie CFDT :

    - en participant aux débats et aux actions proposées par l'organisation,
    - en représentant la CFDT au sein de votre entreprise ou en étant candidat aux élections représentatives du personnel.

    Pourquoi est-ce important d'être
    toujours plus nombreux à la CFDT ?

    En rejoignant la CFDT, les adhérents contribuent à la renforcer.

    C'est grâce aux adhérents que la CFDT peut s'exprimer au nom des salariés
    quelles que soient leur profession, leur situation.

    Plus les adhérents sont nombreux,
    plus la CFDT est représentative de l'ensemble du salariat.

    Plus les adhérents sont nombreux,
    plus la CFDT sera entendue et légitime face aux employeurs.

    ADHÉRER EN LIGNE
  • Adhérez en ligne
  • Espace adhérents
@
  • Chercher
  • Outils
  • Agenda
  • Presse
  • Annuaire
  • Contact
  • Les Sites
    Cfdt
  • Par région
  • Par métier

Lieu de travail > Lycées généraux et technologiques

    partager


  • LIEN MAIL ?

Langues vivantes au bac : quelques timides avancées

publié le 22/01/2014 à 17H16 par Julien Duruisseau

Fin octobre, le Sgen écrivait au Ministre pour demander une réunion de travail sur les nouvelles épreuves de langues vivantes au baccalauréat.

Une réunion entre la DGESCO et les syndicats s'est tenue le 19 décembre, au cours de laquelle l'administration a présenté les évolutions qu'elle propose pour aller dans le sens d'une simplification attendue.

La note de service présentant les évolutions des épreuves est parue le 13 janvier 2014.

* possibilité de saisie séparée des deux sous épreuves de compréhension de l'oral (CO) et d'expression orale (EO).

* la grille de notation de la compréhension orale est revue. Il n'y aura qu'un seul support. Le Ministère ne propose qu'un seul changement en CO LV2, on passe de 12 à 14 pour un niveau A2. Surprenant quand on sait que le niveau A2 est celui de fin de Troisième. Décevant puisque la demande était de donner davantage de souplesse.

* la mise à disposition d'une banque académique d'épreuves de CO. Ce ne sont pas des banques d’entraînement mais des banques de sujets. Des académies ont déjà fait un appel à sujets mais la reprise de sujets fournis pour 2013 est possible pour constituer un fond suffisant (invitation à mutualisation pour les langues rares et constitution de banques inter académiques possibles).

* la définition des modalités sera locale. Les sujets seront indexés par notion et découverts en même temps par le professeur et l'élève.

* Le Ministère souhaite que les enseignants conservent leur capacité à proposer des sujets et encourage le travail d'équipe. Pour répondre à la demande des chefs d'établissement, il y aura une application dédiée pour aider à la planification des épreuves qui auront lieu début février.

La note de service précise que l'évaluateur reste le professeur de la classe et que le moins d'heure de cours soient mobilisées par l'évaluation des élèves. Elle n'exige ni convocation ni anonymat des copies.

Des réponses aux interrogations les plus fréquentes des collègues seront mises en ligne sous forme de FAQ (« foire aux questions »).