cfdt.fr

 
  • Pourquoi adhérer

    Pourquoi adhérer ?

    L’adhésion est ouverte à toutes celles et à tous ceux qui veulent rejoindre la CFDT.

    Etre adhérent à la CFDT permet :

    - de bénéficier d’une information, d’un soutien individuel tant sur le plan professionnel que juridique dans le cadre des règles définies par la CNAS* CFDT,
    - d’être informé sur vos droits, sur l’actualité sociale de votre région, de votre branche professionnelle…

    à noter que

    Les adhérents peuvent bénéficier du nouveau service téléphonique "RÉPONSE À LA CARTE" . Ce service permet un accompagnement personalisé sur l'ensemble du territoire. Par exemple :
    • Une question sur votre contrat de travail ou votre statut professionnel ?
    • Un doute sur vos conditions de travail ?
    • Un besoin d’information sur la formation professionnelle ?
    • Une interrogation sur votre passage à la retraite ou sur le chômage ?
    • Un problème plus personnel de mobilité ou de logement ?

    Etre adhérent à la CFDT permet d'être acteur de la vie CFDT :

    - en participant aux débats et aux actions proposées par l'organisation,
    - en représentant la CFDT au sein de votre entreprise ou en étant candidat aux élections représentatives du personnel.

    Pourquoi est-ce important d'être
    toujours plus nombreux à la CFDT ?

    En rejoignant la CFDT, les adhérents contribuent à la renforcer.

    C'est grâce aux adhérents que la CFDT peut s'exprimer au nom des salariés
    quelles que soient leur profession, leur situation.

    Plus les adhérents sont nombreux,
    plus la CFDT est représentative de l'ensemble du salariat.

    Plus les adhérents sont nombreux,
    plus la CFDT sera entendue et légitime face aux employeurs.

    ADHÉRER EN LIGNE
  • Adhérez en ligne
  • Espace adhérents
@
  • Chercher
  • Outils
  • Agenda
  • Presse
  • Annuaire
  • Contact
  • Les Sites
    Cfdt
  • Par région
  • Par métier

Au jour le jour > Communiqués de presse

    partager


  • LIEN MAIL ?

Pourquoi le Sgen-CFDT n'appelle pas à la grève le 3 février

publié le 22/01/2015 à 18H35 par Franck Loureiro

image

Mardi 3 février, la FSU appelle à sa traditionnelle première grève de l’année civile. Les revendications sont inchangées par rapport aux dix dernières années (au moins) : conditions de travail, emploi, salaires et formation.

Preuve s’il en était de l’inutilité d’un syndicalisme incapable de faire progresser aucune de ses revendications malgré sa position majoritaire dans notre champ professionnel.

Le Sgen-CFDT ne s’associe pas à cet appel à la grève pour des raisons de forme autant que de fond.

Sur la forme, et comme souvent, la FSU a décidé seule des mots d’ordre, des modalités, de la date, et essaie d’imposer son projet tout-en-un et tout ficelé aux autres organisations sans aucun échange préalable. Une intersyndicale Fonction publique a été annulée puisque la FSU a choisi l’action unilatérale et a rendu impossible une convergence entre les organisations pour ce mouvement et à cette date.

Sur le fond, le Sgen-CFDT a toujours considéré qu’un mouvement de grève requiert deux conditions :
Premièrement, des revendications claires et hiérarchisées, et des objectifs à atteindre. Comme d’habitude ou presque, le mot d’ordre de la FSU est en réalité une juxtaposition de mots d’ordre : conditions de travail, emploi, salaires et formation. Dans l’absolu, on ne peut que revendiquer des améliorations sur tous ces sujets. Dans les faits, on ne trouve aucune trace de ce que demanderait précisément la FSU sur ces quatre points.

Deuxièmement, l’existence de points de blocage identifiés avec l’interlocuteur ciblé (ministère de l’Education nationale ou ministère de la Fonction publique). En l’occurrence le vrai point de blocage porte sur les salaires et nécessiterait une action de toute la Fonction publique que la FSU a rendue ainsi impossible.

Faire grève est un sacrifice pour les salariés qui y perdent une journée de salaire. À tout le moins, on attend des organisations syndicales qu’elles s’assurent de toutes les conditions de réussite avant d’impliquer les personnels.

La FSU est le syndicat qui a perdu le plus – en voix comme en pourcentages – dans les dernières élections professionnelles et, plus largement, lors des deux derniers scrutins. Pour contrer la montée du syndicalisme de la peur et du fantasme, la FSU reprend ses vieilles habitudes qu’elle avait abandonnées ces deux dernières années, à savoir l’appel régulier à la grève, sans concertation, sans objectifs et sans espoir.

TÉLÉCHARGEMENT DE FICHIERS