cfdt.fr

 
  • Pourquoi adhérer

    Pourquoi adhérer ?

    L’adhésion est ouverte à toutes celles et à tous ceux qui veulent rejoindre la CFDT.

    Etre adhérent à la CFDT permet :

    - de bénéficier d’une information, d’un soutien individuel tant sur le plan professionnel que juridique dans le cadre des règles définies par la CNAS* CFDT,
    - d’être informé sur vos droits, sur l’actualité sociale de votre région, de votre branche professionnelle…

    à noter que

    Les adhérents peuvent bénéficier du nouveau service téléphonique "RÉPONSE À LA CARTE" . Ce service permet un accompagnement personalisé sur l'ensemble du territoire. Par exemple :
    • Une question sur votre contrat de travail ou votre statut professionnel ?
    • Un doute sur vos conditions de travail ?
    • Un besoin d’information sur la formation professionnelle ?
    • Une interrogation sur votre passage à la retraite ou sur le chômage ?
    • Un problème plus personnel de mobilité ou de logement ?

    Etre adhérent à la CFDT permet d'être acteur de la vie CFDT :

    - en participant aux débats et aux actions proposées par l'organisation,
    - en représentant la CFDT au sein de votre entreprise ou en étant candidat aux élections représentatives du personnel.

    Pourquoi est-ce important d'être
    toujours plus nombreux à la CFDT ?

    En rejoignant la CFDT, les adhérents contribuent à la renforcer.

    C'est grâce aux adhérents que la CFDT peut s'exprimer au nom des salariés
    quelles que soient leur profession, leur situation.

    Plus les adhérents sont nombreux,
    plus la CFDT est représentative de l'ensemble du salariat.

    Plus les adhérents sont nombreux,
    plus la CFDT sera entendue et légitime face aux employeurs.

    ADHÉRER EN LIGNE
  • Adhérez en ligne
  • Espace adhérents
@
  • Chercher
  • Outils
  • Agenda
  • Presse
  • Annuaire
  • Contact
  • Les Sites
    Cfdt
  • Par région
  • Par métier

Au jour le jour > Communiqués de presse

    partager


  • LIEN MAIL ?

Association sportive : le Sgen-CFDT dénonce les visions catégorielles !

publié le 07/10/2013 à 14H11 par attaché de presse

Communiqué de Presse n° 10 du 7 octobre 2013.

Un référé sévère de la Cour des comptes sur le sport scolaire, publié en septembre 2012, pointait « une  organisation coûteuse au rôle mal défini qui mobilise des moyens importants (300 Millions d’euros dont  4800 ETP, des subventions des ministères de l’Éducation nationale et  des Sports) avec un dispositif qui emprunte au cadre associatif mais qui n’en respecte pas les principes. »

A cette rentrée, le syndicat majoritaire des chefs d'établissement a lancé la consigne de refuser la présidence de l'association sportive. Mais peut-on espérer régler un problème juridique par une consigne qui défausse un représentant de l'Etat de ses responsabilités, le place dans l'illégalité et met les enseignants d'EPS dans l'embarras ?

C'est dans le cadre des négociations annoncées sur le métier que la question doit être posée, débattue et réglée.

De son côté, le Syndicat national des enseignants d'EPS, le Snep-FSU annonce régulièrement la parution du décret qui donnera une assise réglementaire au forfait de 3 heures pour le sport scolaire

Mais peut-on régler cette question indépendamment d'une réflexion sur le sport scolaire, la vie associative d'établissement et le temps de travail des enseignants ?

Cette défense d’intérêts corporatistes, qui ne favorise pas forcément la catégorie concernée, envisage les problèmes par le petit bout de la lorgnette. Elle ne correspond pas à la démarche du Sgen-CFDT, syndicat général qui n'oppose pas une catégorie à une autre mais demande que les problèmes se règlent par la négociation dans le respect des personnels et de leurs missions.