cfdt.fr

 
  • Pourquoi adhérer

    Pourquoi adhérer ?

    L’adhésion est ouverte à toutes celles et à tous ceux qui veulent rejoindre la CFDT.

    Etre adhérent à la CFDT permet :

    - de bénéficier d’une information, d’un soutien individuel tant sur le plan professionnel que juridique dans le cadre des règles définies par la CNAS* CFDT,
    - d’être informé sur vos droits, sur l’actualité sociale de votre région, de votre branche professionnelle…

    à noter que

    Les adhérents peuvent bénéficier du nouveau service téléphonique "RÉPONSE À LA CARTE" . Ce service permet un accompagnement personalisé sur l'ensemble du territoire. Par exemple :
    • Une question sur votre contrat de travail ou votre statut professionnel ?
    • Un doute sur vos conditions de travail ?
    • Un besoin d’information sur la formation professionnelle ?
    • Une interrogation sur votre passage à la retraite ou sur le chômage ?
    • Un problème plus personnel de mobilité ou de logement ?

    Etre adhérent à la CFDT permet d'être acteur de la vie CFDT :

    - en participant aux débats et aux actions proposées par l'organisation,
    - en représentant la CFDT au sein de votre entreprise ou en étant candidat aux élections représentatives du personnel.

    Pourquoi est-ce important d'être
    toujours plus nombreux à la CFDT ?

    En rejoignant la CFDT, les adhérents contribuent à la renforcer.

    C'est grâce aux adhérents que la CFDT peut s'exprimer au nom des salariés
    quelles que soient leur profession, leur situation.

    Plus les adhérents sont nombreux,
    plus la CFDT est représentative de l'ensemble du salariat.

    Plus les adhérents sont nombreux,
    plus la CFDT sera entendue et légitime face aux employeurs.

    ADHÉRER EN LIGNE
  • Adhérez en ligne
  • Espace adhérents
@
  • Chercher
  • Outils
  • Agenda
  • Presse
  • Annuaire
  • Contact
  • Les Sites
    Cfdt
  • Par région
  • Par métier

Action syndicale > Éducation Prioritaire

    partager


  • LIEN MAIL ?

Éducation prioritaire : lettre ouverte à Najat Vallaud-Belkacem

publié le 25/11/2014 à 10H40 par Frédéric Sève

en date du 24 novembre 2014.

Madame la Ministre,

Le Sgen-CFDT a approuvé le dispositif global du plan pour l'Education Prioritaire. Mais nous avions à l'époque contesté certaines options qui, désormais, contribuent à mettre sous tension les établissements et les écoles relèvant encore aujourd'hui de l'éducation prioritaire, au moment où les cartographies académiques se dessinent, nous vous demandons de bien vouloir revenir sur certains de ces choix.

Le premier, de loin le plus délicat, est celui de l'entrée en REP ou REP + uniquement par le collège. Il entraîne, de facto, les écoles primaires de son secteur à sortir – ou entrer – dans le dispositif de l'éducation prioritaire, sans que cela soit toujours en rapport avec la réalité sociale de leur public scolaire. Nous vous demandons de revenir sur cette modalité qui est contraire à l'esprit de la réforme de l'éducation prioritaire que vous menez. Il convient de demander, dans un premier temps, aux Recteurs d'examiner avec précision pour la rentrée 2015, la situation de chaque école devant sortir du dispositif ou, au contraire, des écoles « orphelines », qui ne sont pas dans l'orbite d'un collège REP ou REP +, mais qui mériteraient de l'être. Au delà, nous vous demandons de créer un indice social unique spécifique aux écoles qui permettra d'opérer le même classement national que celui collèges.

Le deuxième choix est celui de communiquer l'indicateur social unique et le classement des collèges uniquement aux responsables académiques. Ceux-ci ont engagé le dialogue sur la cartographie de l'éducation prioritaire dans leur académie, voire dans les départements, sur des bases de transparence extrêmement variables. Cette attitude laisse planer des doutes importants sur les critères mis en œuvre, et sur leur cohérence par rapport à ce que le ministère avait annoncé comme le fondement essentiel de la cartographie nationale. Nous vous demandons donc de donner des consignes très fermes de transparence aux cadres qui pilotent la mise en œuvre de la réforme sur le terrain .

Enfin, nous vous demandons de mettre en place un dispositif de suivi et d'accompagnement pour les établissements quittant l'éducation prioritaire, ainsi qu'un groupe de travail spécifique sur les mesures concernant les personnels travaillant en éducation prioritaire. Cela permettrait une réflexion approfondie pour renforcer l'attractivité de certains territoires, comme celui de la Seine Saint Denis – qui méritent plus que des mesures d'urgence.

Dans l'attente de votre réponse, je vous prie de croire, Madame la Ministre, en l'expression de mes très respectueuses salutations et de notre dévouement pour le service public et ses personnels.

Frédéric Sève

Secrétaire général du Sgen-CFDT