Chômage : "On revient 5 ans en arrière, quel échec !"

Publié le 26/08/2011 à 00H00
Libération.fr publie sous ce titre une interview de Laurent Berger, chargé des questions d'emploi à la CFDT, suite à l'annonce, le 25 août 2011, d'une nouvelle hausse importante du chômage.

Le chômage atteint un niveau record depuis l'arrivée de Nicolas Sarkozy à l'Elysée. Cette nouvelle envolée vous surprend-elle ?

Malheureusement nous nous y attendions, mais nous sommes catastrophés. Depuis 3 mois, la situation ne fait que se dégrader, on revient 5 ans en arrière ! Ca prouve en tout cas une chose que nous affirmons depuis longtemps : la politique menée n'est pas la bonne. Nous l'avons redit hier à François Fillon.

Qu'attendez-vous du gouvernement ?

Qu'il soutienne la croissance et surtout qu'il mette fin d'urgence à la défiscalistation des heures supplémentaires. Cette mesure est contre-productive pour l'emploi, les chiffres publiés ce soir en sont une nouvelle et sinistre illustration. Hier, le Premier ministre aurait été bien inspiré de prendre cette décision, qui est bonne pour les recettes de l'Etat comme pour l'emploi. Et quand on aide l'emploi, on aide la croissance. Je ne comprends pas ce que ce gouvernement attend. Il donne le sentiment d'être idéologiquement prisonnier de la promesse présidentielle «travailler pour gagner plus». Quel échec !

Depuis ce matin, Xavier Bertrand assure que la crise et l'absence de croissance au dernier trimestre expliquent cette forte dégradation de l'emploi. Cette explication vous satisfait-elle ?

Alors qu'il y a peu, on nous affirmait encore que la France allait bientôt repasser sous la barre des 9% de chômeurs, je note un changement radical de discours. Je demande au gouvernement de passer la vitesse supérieure dans la bataille contre le chômage. Il faut remettre complètement à plat la politique menée et, je le répète, il y a urgence à en finir avec la défiscalisation des heures supplémentaires, cette aberration. Il faut par ailleurs mettre le paquet sur Pôle Emploi et soutenir les populations les plus fragiles en accompagnant beaucoup plus fortement le retour à l'emploi des chômeurs de longue durée, des séniors et des jeunes. Il en va de la cohésion sociale de ce pays.

Propos recueillis par Jonathan Bouchet-Petersen