"La mobilisation peut faire bouger les choses"

Publié le 06/09/2010 à 00H00
A La veille de la journée de mobilisation pour une réforme équitable des retraites, François Chérèque fait le point dans une interview accordée à 20 Minutes.

Les Français soutiennent la manifestation de demain, mais sont sceptiques quant à son efficacité. Pourquoi?

Parce qu'ils sont bien conscients que la partie est dure, et que le gouvernement a une position politique très ferme. Et nous ne sommes pas sortis d'une crise économique très lourde, qui a un impact sur le chômage et le pouvoir d'achat. Dans ces périodes-là, on se sent toujours un peu fataliste. Mais je suis persuadé qu'une forte mobilisation peut faire bouger les choses. Le gouvernement, et surtout le Président, attendent vraiment de voir combien de Français seront dans la rue.

Nicolas Sarkozy a prévenu qu'il ne fléchirait pas sur le report de l'âge légal de 60 à 62 ans. Etes-vous prêt à céder sur ce point pour obtenir d'autres avancées?

Il n'est absolument pas question d'oublier cette problématique, c'est le cœur de la réforme. Mais nous pouvons construire un vrai dialogue sur d'autres domaines importants : la retraite à taux plein par exemple. Il faut absolument la garder à 65 ans, et non pas 67. Sinon, les femmes et les précaires seront les plus touchés.

Le projet de loi est examiné à partir de demain par les députés. Ceux de la majorité peuvent-ils voter contre le projet de Nicolas Sarkozy ?

Nous avons rencontré individuellement de nombreux députés. Beaucoup sont mal à l'aise avec ce projet. En 2012, il y a aussi des élections législatives, ils ne l'oublient pas.

Selon la moitié des Français, Eric Woerth n'est plus à même de mener la réforme depuis l'affaire Bettencourt. Qu'en pensez-vous?

La question qui se pose c'est: comment va-t-il faire pour mener à bien la réforme des retraites alors qu'il est occupé par une autre affaire? Ce n'est pas à nous de donner la réponse, mais au président de la République. Cette histoire masque le vrai problème, le vrai débat sur les retraites. Mais je ne suis pas sûr que les manifestants vont demander sa démission. Ils seront plus concernés par la réforme.

Propos recueillis pour 20 Minutes