Incendie de Lubrizol : la CFDT demande un suivi des effets sur la santé

Publié le 01/10/2019

Dans la nuit de mercredi 25 à jeudi 26 septembre un gigantesque incendie s’est déclaré à l’usine Lubrizol – site classé « Seveso seuil haut » fabriquant des additifs pour lubrifiants - situé à Rouen en Seine-Maritime.

Ce grave incendie a généré un épais nuage de fumée qui après avoir survolé la région Normandie s’est étendu à la région des Hauts de France. Les habitants ont alors constaté des retombées « comme de la suie ».  Lors d’une conférence de presse samedi, le préfet de Seine Maritime a déclaré que les résultats des analyses sont « tous inférieurs au seuil de quantification » et la seule exception est le site lui-même « où l’on note une présence de benzène ». Le premier Ministre, sur place lundi soir, a indiqué que les odeurs « sont effectivement très dérangeantes, très pénibles à supporter, elles peuvent entraîner en effet un certain nombre de réactions mais elles ne sont pas nocives ».

Des enseignants ont exercé leur droit de retrait dans plusieurs collèges et des collectifs d’habitants souhaitent « faire la lumière sur cette catastrophe sanitaire ».

À ce stade, l’information délivrée sur les produits ayant brûlé est faible et ne permet donc pas de mesurer la nocivité, et l’impact potentiel sur la santé.

Un site industriel classé « Sévéso seuil haut » situé à environ 3 km du centre-ville de Rouen met en évidence le risque industriel majeur que représente un tel établissement. Ce site emploie de nombreux salariés qui, de fait, sont exposés à ces risques et à qui l’on doit aussi une information étayée.

La CFDT réclame des mesures : 

-          La transparence doit être totale sur les produits qui se sont enflammés, sur leur nocivité et l’impact qu’ils peuvent avoir sur la santé,

-          Les budgets des actions de prévention de ces risques industriels majeurs doivent être revus à la hausse,

-          Une réflexion doit être engagée quant à la mise en place d’une cellule dédiée aux activités industrielles et au suivi des conséquences.

L’État doit tirer les enseignements de cet événement industriel. La population, les forces de l’ordre et pompiers exposés, doivent savoir les risques encourus et un suivi épidémiologique doit être mis en place.  L’information se doit d’être transparente, complète et fiable.

Aujourd’hui cet incendie n’a heureusement pas fait de victime, y compris parmi les salariés, premiers exposés à ce type de risque, mais les conséquences en termes de santé publique, environnement, dommages économiques restent à évaluer et à suivre.

 

TÉLÉCHARGEMENT DE FICHIERS