Répression syndicale, La CFDT condamne la vague de répression en Chine

Publié le 07/12/2015

Les arrestations d’au moins deux leaders de la défense des droits des travailleurs dans le sud du pays, pour des motifs non fondés, illustrent l’ampleur de la répression orchestrée par le Parti communiste chinois à la tête de l’État depuis l’arrivée au pouvoir de XI Jinpi.

Zen Feiyang et Zhu Xiaomei, deux d’entre eux, ont été arrêtés vendredi. Ces personnes se battent au quotidien pour aider les ouvriers, notamment des migrants venus des zones rurales, à faire valoir leurs droits les plus élémentaires : versement des salaires impayés, de primes ou cotisations sociales garanties par le droit chinois. Rien de subversif qui ne justifie leur arrestation !

 Par peur de voir émerger un mouvement ouvrier indépendant, le Parti communiste chinois n'autorise qu'un syndicat unique officiel que les autorités contrôlent très étroitement et qui se range quasi-exclusivement du côté des dirigeants d'entreprise.

 Weiquanwang et China Labour Bulletin (CLB), des ONG basées à Hong Kong dénoncent les exactions du pouvoir contre des militants qui ne font que défendre les ouviers. Ces arrestations confirment la crainte de CLB, dont la CFDT est partenaire : ces arrestations ne serviront qu’à aggraver la détresse et le mécontentement des travailleurs ainsi qu’à intensifier les tensions sociales.

 La CFDT, partenaire de CLB de longue date, exige du pouvoir chinois la libération immédiate des militants ouvriers emprisonnés en respect des conventions internationales de l’OIT qui s’imposent à tous les États membres.

TÉLÉCHARGEMENT DE FICHIERS