Négociation assurance-chômage, construire un outil au service du plein-emploi de qualité

Publié le 17/01/2014

La négociation de la nouvelle convention assurance-chômage s’ouvre dans un contexte économique et de l’emploi difficile.

Plus que jamais, l’assurance-chômage doit permettre le soutien des salariés victimes de la crise mais aussi ceux subissant une flexibilité accrue, une insertion et un retour difficile dans l’emploi. Pour la CFDT, cette négociation se situe dans la continuité de ce qu’elle a défendu dans les différents accords signés en 2012-2013 pour lutter contre la précarité et le chômage, en créant de nouveaux droits.

La CFDT refuse toute diminution des droits des chômeurs mais veut renforcer la sécurisation et l’accès à la formation des plus précaires. Elle sera vigilante sur la situation financière du régime.

L’assurance-chômage doit sécuriser les parcours, accompagner vers l’emploi durable, permettre la montée en compétence et en qualification des salariés en recherche d’emploi. Pour la CFDT, l’enjeu est bien de viser le retour au plein-emploi.

L’accord du 11 janvier 2013 nous mandate pour mettre en œuvre des droits rechargeables. Pour la CFDT, c’est plus de lisibilité et plus de droits pour les précaires. Donc plus de sécurisation, plus d’incitation à la reprise d’emploi, plus d’accès à la formation.

La CFDT réclame depuis longtemps une meilleure articulation entre assurance et solidarité, un financement contra-cyclique pour sécuriser le régime, une réflexion sur le rôle de l’indemnisation des activités réduites dans le fonctionnement du marché du travail. Il sera nécessaire d’ouvrir ces chantiers, et de les mener dans le cadre d'engagements sur l'emploi, auxquels nous invite le pacte de responsabilité.

En cohérence avec les autres réformes de fond dans lesquelles elle s’est engagée, la CFDT est prête à explorer les pistes d’évolutions futures pour faire du régime un outil au service du plein-emploi de qualité et de la sécurisation des parcours

TÉLÉCHARGEMENT DE FICHIERS