Loi de transition énergétique, le sénat amende mais détricote

Publié le 05/03/2015

Le Sénat a adopté le 3 mars un texte amendé du projet de loi sur la Transition Énergétique. Si quelques amendements vont dans le sens d'une accélération de la transition, les plus significatifs dénaturent l'ambition du texte initial.

En effet, sept coups de canif mettent à mal l'atteinte des objectifs fixés pour 2030 et 2050 :

  • Abandon de l’objectif de baisse des consommations d’énergie d’ici 2030
  • Abandon de toute échéance pour la révision de la part du nucléaire dans le mix électrique (60% à échéance 2030 pour la CFDT)
  • Perte d’ambition pour la rénovation thermique des bâtiments
  • Abandon d'un objectif volontariste pour les plans de déplacement d’entreprises et d’administrations
  • Ajout d’obstacles supplémentaires pour le déploiement des énergies renouvelables, et en particulier l’éolien terrestre
  • Adoption d’une comptabilité incomplète des gaz à effet de serre
  • Quant à l’avenir des concessions hydrauliques et la préservation de leur cohérence actuelle, la CFDT demande des améliorations

Pour la CFDT, la réelle volonté politique sera évaluée par la définition d'objectifs et d'échéances claires. Cette définition permettra l’anticipation nécessaire des transitions professionnelles.

Après un débat public et citoyen inédit, à la veille de la prochaine Conférence mondiale pour le Climat à Paris, la CFDT demande un projet ambitieux pour nos concitoyens et pour les salariés.

TÉLÉCHARGEMENT DE FICHIERS