La CFDT agit : Des avancées concrètes pour les salariés.

Publié le 04/01/2016

Ce début d’année est marqué par deux importants résultats de l’action syndicale menée par la CFDT: la parution des décrets pénibilité et l’obligation pour les entreprises de proposer une complémentaire santé à leurs salariés.

Pour la CFDT, la parution des décrets « pénibilité » au journal officiel est enfin la reconnaissance des mauvaises conditions de travail et de leurs effets sur la santé. Les salariés concernés vont pouvoir bénéficier soit d’heures de formation, d’un temps partiel ou d’un départ anticipé à la retraite, leur  permettant ainsi  de sortir des compensations habituelles –primes- qui n’ont aucun effet sur un maintien en emploi en bonne santé.

Les branches professionnelles et les entreprises vont pouvoir mettre en place les référentiels en vue d’appliquer la reconnaissance des quatre premiers facteurs de pénibilité (Travail de nuit, travail répétitif, travail en équipes successives alternantes, activités exercées en milieu hyperbarre). La CFDT sera vigilante afin que les droits des salariés soient appliqués dans les délais légaux. La mise en place du compte pénibilité n’a été que trop retardée.

La CFDT se satisfait aussi d’une grande victoire pour les salariés qui obtiennent enfin le droit à une complémentaire santé collective et obligatoire avec une participation de l’employeur. Cette mesure facilite l’accès aux soins notamment des salariés les plus précaires. Les partenaires sociaux sont arrivés à définir des paniers de soins « responsables » qui s’inscrivent dans une logique de dépenses de santé maîtrisées et solidaires.

De nombreuses PME sont désormais couvertes par des accords de branche, notamment dans les ateliers et chantiers d’insertion, les cliniques vétérinaires, l’intérim, la branche propreté, la branche de l’esthétique-cosmétique…

Le bilan n’est pas encore définitif mais à ce jour, malgré l’abandon des clauses de désignation et les délais de parution des décrets, la CFDT enregistre 62 accords dont 38 nouveaux accords et 24 avenants. Au total se sont, pour le moment, plus de 6 millions de salariés qui sont couverts par un accord de branche, sans compter leur famille.

La CFDT revendique l’extension de ce droit à tous les salariés du public comme aux personnes en dehors de l’emploi.