Jeunesse, une mobilisation de tous pour contrer le chômage

Publié le 27/02/2013
Le Comité interministériel de la jeunesse a présenté le 21 février son plan « Priorité jeunesse ». Il rassemble pour l’essentiel des mesures déjà engagées par le gouvernement. Parmi les 47 propositions, les emplois d’avenir et le contrat de génération font l’objet de toute l’attention de la CFDT.

Le Comité interministériel de la jeunesse a présenté le 21 février son plan « Priorité jeunesse ». Il rassemble pour l’essentiel des mesures déjà engagées par le gouvernement. Parmi les 47 propositions, les emplois d’avenir et le contrat de génération font l’objet de toute l’attention de la CFDT. Elle a largement contribué, par la concertation ou la négociation, à l’élaboration de ces mesures pour l’emploi des jeunes.

Ces dispositifs ne suffisent pas à eux seuls à lutter contre le chômage des jeunes. Ils ne seront efficaces qu’à condition d’un retour de la croissance, et surtout d’une bonne utilisation sur le terrain : respect du ciblage des jeunes en difficulté pour les emplois d’avenir, négociation dans les entreprises pour le contrat de génération, création d’emplois de qualité… Pour garantir cela, la CFDT mobilisera toute son énergie syndicale dans les entreprises et les administrations.

Les mauvaises nouvelles du front de l’emploi des jeunes annoncés hier appellent également à la mobilisation du dialogue social comme levier de perspectives d’avenir pour les jeunes.

L’effort important engagé dans les « accords jeunes » de 2011, notamment sur l’accompagnement des demandeurs d’emploi, doit être poursuivi et amplifié. Les acteurs de la formation professionnelle doivent se mobiliser dès maintenant pour garantir un accès facilité à la formation pour les jeunes en CDD.

Cette mesure actée dans l’accord « Sécurisation de l’emploi » doit contribuer à armer les jeunes contre la précarité. La négociation européenne en cours sur l’emploi des jeunes, à laquelle la CFDT participe activement, a besoin de plus d’implication de la part du patronat européen pour trouver rapidement une issue favorable à l’emploi de qualité pour les jeunes en Europe.

Les pouvoirs publics et les partenaires sociaux ont une responsabilité partagée. Leur mobilisation conjointe est essentielle pour que le chômage et la précarité qui frappent un trop grand nombre de jeunes en France et en Europe ne s’inscrivent pas dans le paysage social comme une fatalité.

TÉLÉCHARGEMENT DE FICHIERS