Droit à l'avortement, un droit fondamental

Publié le 28/01/2014

La loi adoptée en décembre par le gouvernement espagnol prévoit d’interdire l’avortement, sauf dans quelques cas très restrictifs.

Solidaires des femmes espagnoles, la CFDT apporte son soutien aux femmes et aux hommes qui en Espagne s’opposent au projet du gouvernement sur l’avortement.

Cette loi substitue au droit à l’avortement une « loi organique de protection de la vie du fœtus et des droits des femmes enceintes ». Elle marque une véritable régression dans un pays qui a été à l’avant-garde en Europe en matière de lutte contre les violences sexistes et sexuelles.

Le droit des femmes à disposer de leur corps n’est pas une option dans une société qui se targue de construire l’égalité. Pour nous il s’agit d’un droit fondamental, c’est le socle de l’égalité.

Au sein de l’Union européenne, un rapport qui inscrivait symboliquement l’accès à l’IVG comme un droit européen a été rejeté  par le Parlement. Il a été remplacé par un texte affirmant la primauté des États sur cette question.

En France, les opposants à l’IVG, s’appuient sur la décision du gouvernement espagnol, pour affirmer qu’il est possible de revenir sur un texte ancré dans la législation française depuis quarante ans. Les propos tenus par certains députés lors du débat sur l’IVG la semaine dernière montrent que la vigilance s’impose.

Pour la CFDT, le droit à l’IVG est un droit à part entière et pas une simple tolérance assortie de conditions. La CFDT soutient l’appel à la manifestation du 1er février en solidarité avec les femmes espagnoles.

TÉLÉCHARGEMENT DE FICHIERS