Communiqué de presse n°89 du 21 décembre 2011

Publié le 21/12/2011 à 00H00
Déclaration de Marcel Grignard, secrétaire général adjointet Gilles Desbordes, secrétaire général de la fédération CFDT des Services - Grève des personnels de sécurité dans les aéroports, le gouvernement doit respecter le droit et encourager le dialogue social
Communiqué de presse n°89 du 21 décembre 2011
Communiqué de presse n°89 du 21 décembre 2011
Déclaration de Marcel Grignard, secrétaire général adjointet Gilles Desbordes, secrétaire général de la fédération CFDT des Services - Grève des personnels de sécurité dans les aéroports, le gouvernement doit respecter le droit et encourager le dialogue social

La décision du gouvernement de recourir aux forces de l’ordre pour briser la grève des agents de sécurité dans les aéroports est inadmissible et contradictoire avec le droit français. Il s’agit d’une mesure partisane qui ignore les conditions sociales, particulièrement difficiles des salariés concernés. Elle bafoue la dignité des salariés et apporte son soutien aux employeurs qui refusent la négociation.

 
Cette grève était évitable, mais elle est le fruit d’un refus continu du patronat de négocier la situation des salariés chargés des contrôles de sécurité dans les aéroports, ainsi que leurs conditions de travail et leurs salaires,
 
Ces salariés sont parmi les moins payés. Ils subissent en plus des  horaires de travail atypiques qui les empêchent d’avoir une vraie vie personnelle : tôt le matin, tard le soir, travail les week-ends et les jours fériés.
 
Ces personnels sont également soumis à une insécurité professionnelle car leur secteur est réglementé par des appels d’offre particuliers, qui ne leur garantissent pas d’être réembauchés quand le marché change de prestataire.
 
Cette situation est certes de la responsabilité des employeurs, mais également des pouvoirs publics, donneurs d’ordre dans les appels d’offre. Elle est aussi la responsabilité des politiques et qui n’ont pas voulu appliquer pour ces salariés les règles de protection qui existent dans les autres secteurs.
 
La mise en sous-traitance, décidée par l’État, de la sécurité des passagers dans les aéroports, mission régalienne, engage aussi sa responsabilité.
 
La CFDT appelle le patronat à avancer dans la négociation  et le gouvernement à régler la situation par le dialogue social et plutôt que par le recours aux forces de l’ordre.