Communiqué de presse n°84 du 14 décembre 2011

Publié le 14/12/2011 à 00H00
Déclaration de la Commission exécutive de la CFDT - Rapport Perruchot, Heureusement que le ridicule ne tue pas
Communiqué de presse n°84 du 14 décembre 2011
Communiqué de presse n°84 du 14 décembre 2011
Déclaration de la Commission exécutive de la CFDT - Rapport Perruchot, Heureusement que le ridicule ne tue pas

La CFDT, la CGT, la CFE-CGC et le Medef demandent la publication du rapport de la commission d’enquête sur le financement des partenaires sociaux. Le président de l’Assemblée nationale, Bernard Accoyer, refuse ! En revanche, il propose de débattre publiquement de celui-ci devant la commission des Affaires sociales.

 
Des députés qui ont voté contre un rapport mais qui veulent le publier, d’autres qui se sont abstenus et qui le refusent, d’autres encore qui ont voté pour et qui le commentent publiquement en toute illégalité… La décision du chef des députés de proposer un débat sur un document qui officiellement n’existe pas, en rajoute au trouble.
 
Face à ces comportements, comment ne pas s’interroger sur les raisons de la non-publication de ce rapport, alors que les partenaires sociaux se sont largement prononcés pour ?
 
La CFDT réaffirme qu’elle est prête à venir s’expliquer publiquement devant la commission des Affaires sociales… rapport à l’appui ! Depuis des années, elle publie ses comptes et les fait certifier. Elle ne peut accepter que l’on jette ainsi le doute sur son fonctionnement.
 
Alors que la commission a expressément exigé le secret de la part des personnes auditées, la presse publie les commentaires de membres de la commission d’enquête parlementaire.
 
La CFDT confirme qu’elle va porter plainte contre les personnes qui ont diffusé le document. Elle la retirera s’il venait enfin à être rendu public.
 
La CFDT va aussi demander à rencontrer le groupe du Nouveau centre à l’Assemblée nationale afin de discuter du projet de loi sur le financement des partenaires sociaux.
 
 
 
 
PJ : La lettre de François Chérèque, secrétaire général de la CFDT, à Bernard Accoyer, président de l’Assemblée nationale

TÉLÉCHARGEMENT DE FICHIERS