Communiqué de presse n°82 du 28 novembre 2011

Publié le 28/11/2011 à 00H00
Déclaration de Laurent Berger, secrétaire national - Chômage, le gouvernement doit enfin réagir !
Communiqué de presse n°82 du 28 novembre 2011
Communiqué de presse n°82 du 28 novembre 2011
Déclaration de Laurent Berger, secrétaire national - Chômage, le gouvernement doit enfin réagir !

Les chiffres du chômage du mois d’octobre seront en hausse pour l’ensemble des catégories et des publics (jeunes, seniors, demandeurs d’emploi longue durée). Ils illustrent une forte dégradation de l’emploi.

 
Le rebond de la crise, les plans d’austérité en France et en Europe avec leurs conséquences sur la croissance ne laissaient pas espérer autre chose. Cette hausse du chômage touche d’abord les salariés qui ont des contrats précaires.
 
Des secteurs qui avaient été épargnés en 2008 et 2009 (services à la personne, banques, secteurs associatifs…), sont désormais concernés. Les perspectives économiques n’annoncent pas d’amélioration, bien au contraire.
 
Face à cette situation, la CFDT a demandé au ministre du Travail une réaction à la mesure de la situation :
 
·         Mise en place d’un plan de soutien à l’emploi, avec des dispositifs de chômage partiel, de formation et de cellule de reclassement, pour les salariés menacés en particulier les plus précaires. Ces mesures pourraient être financées par les 4 milliards d’euros que rapporterait la fin de la défiscalisation des heures supplémentaires. On ne peut plus dire que les moyens manquent pour une vraie politique de l’emploi.
 
·         Des moyens renforcés pour Pôle emploi. Le projet de la nouvelle convention tripartite fixe des orientations intéressantes pour l’aide aux chômeurs. Pour les faire vivre, il faut que l’État accorde plus de moyens à Pôle Emploi.
 
·         Un soutien spécifique à l’emploi des jeunes. Syndicats et patronat ont débloqué plus de 200 millions d’euros au printemps pour l’accompagnement des jeunes vers l’emploi durable. L’État doit abonder ces mesures en y apportant un financement conséquent.
 
En privilégiant massivement les CDD et l’intérim, les entreprises portent une part de responsabilité dans la situation actuelle.
 
La CFDT demande au gouvernement de convoquer un somment social pour construire des mesures fortes pour l’emploi et contre le chômage.