Communiqué de presse n°65 du 23 septembre 2011

Publié le 26/09/2011 à 00H00
Déclaration de Laurent Berger, secrétaire national - RSA, Sept heures de travail en guise d'insertion : la mauvaise idée de Roselyne Bachelot
Communiqué de presse n°65 du 23 septembre 2011
Communiqué de presse n°65 du 23 septembre 2011
Déclaration de Laurent Berger, secrétaire national - RSA, Sept heures de travail en guise d'insertion : la mauvaise idée de Roselyne Bachelot

Roselyne Bachelot annonce une expérimentation de 10 000 contrats aidés de sept heures par semaine pour les bénéficiaires du RSA dans le cadre de contrats uniques d’insertion.

 
Pour la CFDT cette annonce ne répond pas aux exigences que l’on doit avoir en terme d’accompagnement des personnes éloignées de l’emploi. De plus, les emplois qui pourraient être proposés pour ces sept heures sont pour la plupart déjà occupés.
 
L’insertion professionnelle doit passer par des contrats d’une durée suffisante, comme le Contrat unique d’insertion (CUI) aujourd’hui (20 heures minimum par semaine) et faire l’objet d’un réel accompagnement et de formation.
 
La proposition gouvernementale laisse croire que travailler sept heures par semaine c’est déjà une démarche d’insertion. La CFDT s’inscrit en faux et souhaite que la durée de travail d’un CUI tende vers le temps plein.
 
La CFDT réaffirme que les contrats aidés sont une aide à l’insertion professionnelle durable et non un complément ou une contrepartie à l’allocation.
 
Le RSA n’est pas un choix pour les personnes qui le perçoivent. La grande majorité des allocataires préfèreraient occuper un emploi à temps plein.