Communiqué de presse n°36 du 1 juin 2010

Publié le 01/06/2010 à 00H00
Déclaration de Laurent Berger, secrétaire national - Dialogue social dans les TPE, les députés UMP veulent vider la loi de son contenu
Communiqué de presse n°36 du 1 juin 2010
Communiqué de presse n°36 du 1 juin 2010
Déclaration de Laurent Berger, secrétaire national - Dialogue social dans les TPE, les députés UMP veulent vider la loi de son contenu

Le projet de loi sur le dialogue social dans les Très petites entreprises (TPE) est déjà en-dessous de l’ambition de la CFDT. La commission Sociale du Sénat a adopté deux amendements néfastes la semaine dernière. A leur tour, les députés UMP ont exprimé aujourd’hui leur opposition à un volet important de cette loi.

 
En voulant supprimer l’article 6, sur la création des commissions paritaires territoriales, ils vident la loi de son contenu. Ils témoignent ainsi d’une vision archaïque du syndicalisme et d’une approche rétrograde et passéiste du dialogue social.
 
Les parlementaires UMP, à commencer par le président du groupe, donnent à penser que le syndicalisme représenterait un risque pour les TPE. En cédant au lobbying de la CGPME, ils jouent sur les peurs des petits patrons et priveraient cinq millions de salariés de toute possibilité d’avoir des commissions territoriales pour aborder les questions liées à leurs emplois et leurs conditions de travail.
 
La majorité fait preuve de mépris à l’égard de la lettre commune signée par quatre organisations syndicales de salariés (CFDT, CFE-CGC, CFTC et CGT) et l’UPA (Union professionnelle artisanale).
 
La CFDT réaffirme le droit de tous les salariés, y compris ceux des TPE, à un dialogue social constructif, en lien avec la réalité de leurs entreprises.

Les députés sabotent à leur tour le texte sur le dialogue social dans les TPE