Communiqué de presse n°21 du 14 avril 2010

Publié le 14/04/2010 à 00H00
Déclaration de Jean-Louis Malys, secrétaire national - Retraites, refonder le système et réduire les inégalités
Communiqué de presse n°21 du 14 avril 2010
Communiqué de presse n°21 du 14 avril 2010
Déclaration de Jean-Louis Malys, secrétaire national - Retraites, refonder le système et réduire les inégalités

Le Conseil d’orientation des retraites publie aujourd’hui de nouvelles projections financières de moyen et long terme.

 
Ces projections révèlent le poids majeur de la crise dans l’augmentation du besoin de financement des régimes de retraite à moyen terme. Le conseil l’évalue entre 41 et 49 milliards d’euros en 2020, dont près de la moitié est une conséquence directe de la crise.
 
Quant aux perspectives de long terme, elles restent tributaires de facteurs démographiques bien connus, liés à l’arrivée à la retraite des générations nombreuses du baby-boom et à l’allongement de la vie.
 
La CFDT est attachée à ce que l’origine des déficits soit clairement distinguée dans le débat public, afin d’éviter toute dramatisation inutile de ces questions. A l’horizon 2050, le besoin de financement serait compris entre 72 et 115 milliards d’euros. De tels montants traduisent l’impasse de solutions strictement paramétriques pour régler la question des retraites. Un recul de l’âge légal de départ serait à cet égard injuste, inefficace et sans commune mesure avec les enjeux.
 
L’amélioration de la situation de l’emploi est une condition indispensable pour donner au système des perspectives de retour à l’équilibre à long terme. Le maintien des seniors dans une activité ne peut se concevoir qu’en remettant en cause les organisations et conditions de travail.
 
Les revenus du patrimoine et des placements financiers devront être davantage mis à contribution dans son financement, afin de renforcer les solidarités. Il est indispensable de refonder notre système de retraite par répartition, pour mieux le préserver et redonner confiance aux jeunes générations.
 
Le calendrier fixé par les pouvoirs publics ne permettra pas, de toute évidence, de résoudre les problèmes de fond. La CFDT renouvelle son appel à la tenue d’un grand débat de société sur ce thème.

"Le calendrier est trop serré pour lutter contre les inégalités"