Communiqué de presse commun du 22 novembre 2010

Publié le 22/11/2010 à 00H00
Déclaration de la Confédération et de la Fédération Générale Agroalimentaire - PAC post 2013 : s'inscrire dans une stratégie
Communiqué de presse commun du 22 novembre 2010
Communiqué de presse commun du 22 novembre 2010
Déclaration de la Confédération et de la Fédération Générale Agroalimentaire - PAC post 2013 : s'inscrire dans une stratégie

Pour la CFDT un changement de cap est nécessaire pour inscrire la Politique Agricole Commune (PAC) dans une stratégie de développement durable : il faut renforcer les régulations économiques, inclure un volet social et verdir cette politique.

Ainsi, sur les perspectives de la politique agricole commune (PAC) à l’horizon 2020 proposées par la commission Européenne, la CFDT se réjouit de certaines pistes explorées en faveur d’un renforcement de la prise en compte des enjeux environnementaux et visant à renforcer la solidarité européenne.
La CFDT approuve aussi l’idée de supprimer les « aides historiques »pour les rendre plus équitable entre exploitations et Etats membres. Elle apprécie l’ouverture de la commission à aller vers un plafonnement des aides agricoles prenant en compte l’emploi permanent.
Cependant, la voie d’un développement durable, ce n’est pas se contenter d’un verdissement de la PAC, c’est aussi viser à ce qu’elle soit plus juste socialement et qu’elle favorisele travail décent en stabilisant les prix et garantissant aux exploitations agricoles une rentabilité économique  non soumise à la spéculation.
Pour la CFDT, l’emploi, mais aussi la santé au travail doivent donc être des priorités de la PAC 2013. Pour cela, les critères d’octroi des aides devront intégrer des clauses de conditionnalité sociale fondées sur l’application des directives européennes sociales existantes.
Le budget communautaire consacré à la PAC doit être maintenu pour conforter la solidarité entre Etats membres. Il doit renforcer les instruments de régulations qui ont été dérégulés, et non les simplifier. Pour lutter contre les spéculations, permettre une traçabilité des stocks de matières premières agricoles et assurer une plus grande transparence des marchés, une gestion de « stocks stratégiques d’intervention » par une instance européenne de régulation est indispensable.
 
Contacts presse
  • Confédération : service de presse - 01 42 03 80 12
  • Fédération Générale de l’Agroalimentaire: Frédéric Malterre - 06 76 09 92 44