Communiqué de presse commun du 19 avril 2010

Publié le 19/04/2010 à 00H00
Communiqué de presse commun CFDT - FNE - Recul sur la taxe kilométrique poids lourds : encore bien loin de la fiscalité verte tant promise !
Communiqué de presse commun du 19 avril 2010
Communiqué de presse commun du 19 avril 2010
Communiqué de presse commun CFDT - FNE - Recul sur la taxe kilométrique poids lourds : encore bien loin de la fiscalité verte tant promise !

Hier soir, le ministère de l’écologie a annoncé que la taxe kilométrique poids lourds ne serait pas mise en place avant 2012. Pour la CFDT et FNE, cette décision est incohérente et inacceptable.  

 
Après l’abandon de la contribution carbone, le Grenelle passe de bien mauvais moments. La taxe qui devait s’appliquer aux poids lourds de plus de 3,5 tonnes, sur près de 10 000 km de routes, est reportée fin 2012. Elle était prévue pour 2010 puis 2011. Désormais, ce sera pour après les présidentielles. 
 
Cette taxe avait pour vocation de faire payer aux donneurs d’ordre les coûts d’usage des infrastructures engendrés par le transport massif des marchandises par la route. Elle est déjà appliquée, par exemple, en Allemagne. L’Alsace qui reçoit le report des transports allemands de marchandises pourra l’expérimenter, mais pas les autres régions.
 
Cette mesure devait rapporter 1, 2 milliards d’euros et aller pour l’essentiel à l’Agence de financement des infrastructures de transports de France devant soutenir les nouveaux projets d’infrastructures. Cette agence autrefois alimentée par les péages autoroutiers manque cruellement  de ressources. Le report de la taxe kilométrique poids lourds représente autant de dettes en plus pour l’Etat et la collectivité !
 
Les pollutions financées par les contribuables
On est donc loin de la prise en compte des dégâts environnementaux et aussi sociaux de la course aux plus bas coûts. Cette mesure est aussi injuste car les contribuables continueront de payer les dégâts provoqués par les excès du transport routier (détérioration des routes, bruit, pollutions …) ; d'autant plus que dès 2009, les routiers avaient déjà eu un coup de pouce avec la réduction à son minimum légal de la taxe à l'essieu.
 
On reste donc sur le vieux schéma d’un monde qui ne bouge pas et qui pense qu’une fois les crises passées, on retrouvera la croissance d’avant en négligeant le réchauffement climatique.
 
Pour la CFDT et FNE, cette décision est incohérente et inacceptable.
 
Contacts presse :
CFDT
Damien Cerqueus, service de presse : 01 42 03 80 12 – atdepresse@cfdt.fr
FNE
Michel Dubromel, responsable du réseau transports et mobilités durables : 06 82 52 11 81
Céline Mesquida, chargée de mission transports et mobilités durables : 01 44 08 64 10
Service communication : 01 44 08 02 52 / presse@fne.asso.fr