L'Institut Belleville

Publié le 28/01/2014 à 19H32
L'Institut Belleville est l'opérateur des projets de coopération syndicale internationale de la CFDT.

Institut Belleville, rapport d'activité

NOUVEAU : le rapport d'activité 2014 est paru, n'hésitez pas à le télécharger ! en fin d'article

Le rapport d'activité 2013 de l'Institut Belleville, l'institut de coopération syndicale internationale de la CFDT, est disponible. Il fait le tour d'horizon des projets réalisés au cours de l'année écoulée dans des pays en développement ou émergents.

_________________________________________________________________________________________________

La CFDT à la rencontre des femmes de l’UGTT / Tunisie

Dans le cadre de leur accord de coopération, la CFDT, via l'Institut Belleville est partie à la rencontre des femmes de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT) à Tunis, les 12 et 13 novembre 2015. Marie-Andrée Seguin, secrétaire nationale, Dominique Marchal, déléguée femmes, et Martine Roy, déléguée générale de l’Institut Belleville, ont échangé avec la présidente de la commission femmes de l’UGTT, Najoua Makhlouf, sur différents thèmes : la place des femmes dans les entreprises et les organisations syndicales, l’égalité professionnelle, la santé et les conditions de travail des femmes. « Cette rencontre nous a permis de nouer un premier contact et d’identifier les sujets sur lesquels il était possible de collaborer pour promouvoir l’accès des femmes aux responsabilités syndicales. Grâce à ce partenariat, la CFDT va partager son expérience et ses pratiques de mixité mais aussi apporter un soutien à l’UGTT », explique Martine Roy.

L’UGTT s’ouvre aux femmes
À l’image de la plupart des organisations syndicales du monde arabe, les femmes tunisiennes se font rares aux mandats à responsabilité et sont absentes de l’exécutif politique de l’UGTT. En vue de changer la donne, l’organisation souhaite, lors de son prochain congrès, en 2016, modifier ses statuts et introduire des quotas de femmes dans ses structures. « Actuellement, les statuts ne permettent pas aux femmes de grimper dans la hiérarchie car une certaine expérience syndicale est requise. Or rien n’est fait pour leur permettre de cumuler leur vie familiale et leur vie syndicale. Elles sont pénalisées par ces contraintes familiales qui les empêchent de militer et par le sexisme ambiant, analyse Philippe Réau, secrétaire confédéral du service international. En Tunisie, les femmes ne travaillent pas dans les mêmes proportions qu’en Europe. »

Afin de mieux appréhender les conditions de travail des femmes en Tunisie, la délégation CFDT a visité une usine de textile. « Cette coopération nous apporte une ouverture sur d’autres réalités du monde du travail. La CFDT a besoin de travailler avec des partenaires pour avancer sur la question du genre et réfléchir à ses propres pratiques. Les Tunisiennes ont bataillé après la révolution pour faire reconnaître les droits des femmes. Nous avons à apprendre d’elles et de leur engagement », souligne Dominique Marchal. Dans les prochaines semaines, la CFDT fera des propositions visant à déterminer les contours de cette future coopération.

________________________________________________________________

Renforcement des compétences en management démocratique des organisations syndicales / Togo

Engagées depuis septembre 2010 dans un programme de formation action pluriannuel avec des responsables syndicaux de 12 pays africains francophones, la CSI Afrique et la CFDT ont réalisé en 2012 à Lomé (Togo) une session de travail ayant pour objectifs : l’approche socio économique à partir d’un questionnement sur les réalités de chacun des pays débouchant sur l’analyse des priorités revendicatives et leur prise en compte dans le cadre d’une réflexion plus générale sur la place et le rôle du syndicalisme africain.

Cette restitution a été  enrichie par ce que le dernier congrès de la CSI Afrique de Johannesburg en novembre 2011 considère comme les traits dominants de l’économie politique africaine.

A partir de cette analyse socioéconomique, des groupes de travail par pays en intersyndicales ont permis de dégager des priorités revendicatives et les conditions à mettre en œuvre pour leur prise en compte, en vue :

  • d'une gouvernance politique, économique et sociale des Etats au travers de lapublication des recettes issues des ressources, formation et implication des responsables syndicaux dans le contrôle citoyen, subvention de l’Etat aux syndicats ;
  • d'une amélioration des conditions de vie et de travail par uneautosuffisance alimentaire (ex : aménager les plaines agricoles à raison d’une plaine par province), lutte contre la vie chère, faciliter l’accès au crédit par la diminution des taux d’intérêt et la suppression des garanties ;
  • d'une protection sociale avec de meilleurs services sociaux de base : augmenter le taux de couverture sanitaire (1 médecin/1000 hab.), inadéquation entre les besoins et soins, prise en compte de l’économie informelle, augmenter l’offre éducative  (1 maître/50 élèves), construction de centres de formation professionnelle par province, réactualisation de la législation du travail intégrant l’informel ;
  • d'un renforcement du dialogue social et de l’unité syndicale : mise en place de charte, d’élections sociales pour renforcer la représentativité, plateforme revendicative commune, réseautage au plan sous-régional et développement de la coopération internationale ;
  • d'une professionnalisation du syndicalisme par laformation à de nouvelles compétences d’analyse socio-économique, la mise en place de groupes d’experts,  de dispositif adéquat d’évaluation et de suivi,  d’une sensibilisation des militants à la base sur ces priorités, la recherche d’une autonomie financière.

En conclusion, mieux appréhender les réalités socioéconomiques pour mieux cibler les priorités revendicatives, c’est faire du syndicalisme un véritable facteur de développement économique et d’adaptation, c’est défendre l’image incontournable d’un syndicalisme offensif et responsable.

 

Soutenir l’action syndicale en matière économique pour faire du travail décent une réalité en Afrique / Bénin

foto cares 074

Séminaire de formation-action sur la protection sociale et l’action syndicale

Au Bénin, du 11 au 15 mars 2013, l’Institut Belleville a animé un séminaire de renforcement des capacités des affiliés de la CSI Afrique en matière de protection sociale. L’objectif était de permettre aux participants d’être mieux outillés pour construire un plan d’action sur la protection sociale dans leur pays.

Pendant toute une semaine, des experts de la CFDT en protection sociale ont échangé avec des syndicalistes des 4 centrales affiliées à la CSI Afrique. Il s’agissait de permettre aux syndicalistes des différentes centrales d’avoir un état des lieux des différents systèmes de protection sociale, de réfléchir en quoi la protection sociale peut être un moteur de développement et d’identifier les défis de la mise en œuvre d’une politique de protection sociale avant de dessiner les contours du plan d’action syndical en matière de protection sociale dans leur pays.

Le renforcement des capacités des syndicats sur les questions de politique économique et sociale constitue une des priorités de la CSI Afrique, qui lors de son 2e congrès a rappelé l’importance pour les organisations syndicales africaines de peser dans les débats sur les questions d’ordre économique et social pour mieux défendre les intérêts des travailleurs.

Ce séminaire était le premier d’un cycle de formations et d’échanges qui auront lieu jusqu’en septembre 2014 dans le cadre d’un projet un projet intitulé « Soutenir l’action syndicale en matière économique pour faire du travail décent une réalité en Afrique ». Ce projet, mené en partenariat avec la CGT et la CSI Afrique, concerne 7 pays francophones d’Afrique de l’Ouest (Bénin, Burkina Faso, Guinée Conakry, Mali, Niger, Sénégal et Togo) pour une durée de 2 ans. Il a reçu un cofinancement de l’Agence française de développement.

 

Capture d’écran 2012-12-07 à 23.17.44

Travailleurs migrants

La CFDT et le Bureau international du travail publient un guide d'information et d'accueil des migrants.
L'objectif est d'aider les personnes migrantes à mieux connaître leurs droits, leurs obligations et les structures vers lesquelles ils peuvent se tourner en fonction des questions qu'ils se posent.
Si vous souhaitez recevoir une version papier, merci de remplir le bon de commande.

 

Inde
Capture d’écran 2012-12-07 à 23.19.25
Travailleurs agricoles, se syndiquer pour améliorer les conditions de travail et défendre les droits fondamentaux au travail
avec Fédina
2011

Planète
Capture d’écran 2012-12-07 à 23.20.31
Accompagner la "transition juste" dans les pays vulnérables au changement climatique
avec la Confédération syndicale internationale (CSI)
2011

Afrique
Capture d’écran 2012-12-07 à 23.21.52
Renforcement des compétences en management démocratique des organisations syndicales
avec la CSI Afrique
2010-2013

Guinée

Capture d’écran 2012-12-07 à 23.24.56

Programme concerté de renforcement des capacités des organisations de la société civile et de la jeunesse guinéennes
2008-2012

 __________________________________________________________________________________________________________________________

L'Institut Belleville a été créé en 1984 par la CFDT pour mettre en œuvre sa politique de coopération internationale.
carteBelleville

 

L'Institut Belleville conçoit et organise des projets de coopération pour et avec les organisations de la société civile de pays émergents et en développement ou encore de pays développés.

Ces projets doivent permettre aux organisations partenaires :

  • de se structurer et de se développer afin d'être des acteurs plus efficaces, mieux reconnus et prenant toute leur place d'acteur syndical dans la mise en œuvre des politiques de développement durable ;
  • de défendre efficacement les droits des travailleurs partout dans le monde ;
  • d'accroître leurs capacités à participer au dialogue social et au débat tripartite, à travers l'échange de pratiques syndicales.

L'Institut Belleville intervient sur des thématiques aussi variés que la protection sociale, la responsabilité sociale des entreprises, le développement durable, la formation professionnelle, la syndicalisation, l'égalité professionnelle, les migrations, la lutte contre les discriminations...

Institut Belleville, des projets de coopération sur le mode du partenariat

Pour répondre aux besoins des travailleurs, tant au Nord qu'au Sud, la CFDT conçoit des projets de coopération sous la forme de partenariats.
Il ne s'agit pas de participer à un transfert de « technologies syndicales » du Nord vers le Sud : la CFDT ne s'engage dans des projets de coopération que s'ils sont conçus sur la base d'échanges et d'enrichissement réciproques.
Les projets de coopération syndicale sont menés en partenariat avec :

  • des syndicats affiliés à la Confédération syndicale internationale (CSI) dont la CFDT est membre ;
  • des ONG travaillant au renforcement de la société civile.

Les ressources de l'Institut Belleville

Créé en 1965, ce fonds est alimenté par une part de la cotisation des adhérents de la CFDT.
La confédération se donne ainsi les moyens de mettre en place une politique de coopération en adéquation avec ses priorités internationales et européennes.
L'institut Belleville c'est aussi :
3 salariés,1 réseau d'experts, 1 conseil d'administration qui se réunit annuellement.

Institut Belleville, nous contacter

L'Institut Belleville est à votre disposition pour toute information :
Institut Belleville CFDT
4, boulevard de la Villette
75955 Paris cedex 19
+ 33 (0)1 42 03 81 37
institutbelleville@cfdt.fr

Martine ROY (mroy@cfdt.fr) et Elodie AÏSSI (eaissi@cfdt.fr) seront heureuses de répondre à vos questions.