L' Uri Ile-de-France écoute ses élus sur les parcours professionnels

Publié le 23/12/2011 à 00H00
Le 6 octobre, les élus d'entreprise et d'administration franciliens ont pu échanger avec l'Uri à propos de leurs pratiques et attentes en matière de sécurisation des parcours professionnels
L' Uri Ile-de-France écoute ses élus sur les parcours professionnels
L' Uri Ile-de-France écoute ses élus sur les parcours professionnels
Le 6 octobre, les élus d'entreprise et d'administration franciliens ont pu échanger avec l'Uri à propos de leurs pratiques et attentes en matière de sécurisation des parcours professionnels

Près de cent nouveaux élus CFDT, venus de toute la région Île-de-France, avaient répondu à l’invitation de l’Uri à participer à une journée de réflexion et d’échanges sur le thème « Agir pour l’emploi et les parcours professionnels ». Comme l’a expliqué en introduction Françoise Lareur, la secrétaire générale de la CFDT Île-de-France, « l’articulation entre l’emploi, la formation professionnelle et la sécurisation des parcours n’est pas une nouveauté pour l’Uri, qui y travaille depuis trois ans dans le cadre du projet Sécapp (Sécuriser, accompagner les parcours professionnels) ». Ces thématiques se révèlent plus que jamais d’actualité, « en période de crise, où il est indispensable de former plutôt que de licencier afin de permettre aux salariés de développer leurs compétences transverses et transférables ».

  
Les militants au cœur des préoccupations de l'Uri
 
Les militants ont ensuite planché, en ateliers, sur quatre thèmes déclinant les différentes facettes de l’action CFDT sur les parcours professionnels : agir pour l’emploi (insertion, contrat de travail, temps de travail…) ; agir pour la qualification des salariés, agir pour la qualité de vie au travail, agir contre les discriminations et pour l’égalité.
 
Ces travaux ont permis, outre de recenser les pratiques syndicales qui portent leurs fruits dans les entreprises, de recueillir les attentes des (nouveaux) militants vis-à-vis de la CFDT dans leur action syndicale quotidienne. Message reçu cinq sur cinq par l’Uri, selon Philippe Lengrand, son secrétaire général adjoint : « Les militants d’entreprise et d’administration des 12 000 sections de la région représentent la CFDT au quotidien pour leurs collègues. Ils sont donc naturellement au cœur des préoccupations de l’Uri, qui se doit de les écouter, comme ç’a été le cas aujourd’hui, et de leur apporter soutien et solutions, notamment par le biais de formations. » Les élus présents en sont, de toute façon, persuadés et demandeurs ; pour eux, « une journée comme celle-ci crée du lien et du réseau CFDT ». Cela tombe bien puisque Philippe s’est engagé, au nom de l’Uri, à ce que « cette journée ne soit pas un one shot, mais au contraire que l’Uri organise plusieurs fois par an de telles rencontres sur différents thèmes ».