Expérimenter pour vérifier si ça marche

Publié le 23/12/2011 à 00H00
Les membres du Conseil fédéral des Banques et Assurances ont constaté que les chantiers d'évolution de l'organisation font écho à leurs préoccupations quotidiennes.
Expérimenter pour vérifier si ça marche
Expérimenter pour vérifier si ça marche
Les membres du Conseil fédéral des Banques et Assurances ont constaté que les chantiers d'évolution de l'organisation font écho à leurs préoccupations quotidiennes.

« Quand je vais dans un conseil fédéral ou un bureau régional, je vois une majorité d’hommes, dégarnis ou grisonnants. » Les membres du conseil fédéral des Banques & Assurances esquissent un sourire au miroir que leur tend le secrétaire national Hervé Garnier, venu débattre avec eux des six chantiers d’é­volution de l’organisation. La Fédé­ration Banques & Assurances est consciente de la nécessité d’anticiper le renouvellement de ses responsables. Récemment, elle a fait le choix d’appuyer sa réflexion sur l’expérimentation 'Place et prise de responsabilité des jeunes, des femmes et des personnes issues de la diversité'.

La question de la représentativité

Les autres chantiers font tout autant écho à la réalité perçue par les responsables fédéraux. « Avec la réforme de la représentativité, les militants de section tiennent leur légitimité de leur présence auprès des salariés, de leur travail dans les négociations, de leur audience aux élections, précise Patrice. Plus que jamais, ce qui va faire la différence avec les autres organisations syndicales, c’est la plus-value que l’on apportera aux sections et aux militants. » « L’expérimentation des référents de section répond précisément à ce besoin d’outillage des militants », répond Hervé Garnier.

En arrière-plan, la perte de représentativité inquiète. Mais les responsables sont lucides : « Les sections qui ne passent pas les 10 % manquaient de présence sur le terrain. » Une perte de pratiques qui n’est pas irrémédiable : « Avec le chantier proximité aux salariés, on fait la démonstration qu’en revenant aux fondamentaux, ça marche, explique Hervé Garnier. Oui, on peut parfois avoir l’impression de réinventer l’eau tiède. Mais tous ceux qui participent aux expérimentations tirent une véritable fierté du boulot accompli. » Et à Patrick, qui s’inquiète – « On parle expérimentation alors que ce qui marche, c’est le travail de fond » –, le secrétaire national répond : « D’abord, on expérimente pour vérifier ce qui marche. Ensuite, il s’agit de le faire entrer dans les gènes de la maison. C’est une évolution au long cours. »

Aurélie Seigne