Évolution de l'organisation, faire la preuve par l'exemple

Publié le 08/12/2011 à 00H00 (mis à jour le 23/12/2011 à 10H04)
À un an de l'Assemblée générale de 2012, de nombreuses expérimentations sont engagées. Leur réussite dépend de l'implication de tous, estime le secrétaire national Laurent Berger.
Évolution de l'organisation, faire la preuve par l'exemple
Évolution de l'organisation, faire la preuve par l'exemple
À un an de l'Assemblée générale de 2012, de nombreuses expérimentations sont engagées. Leur réussite dépend de l'implication de tous, estime le secrétaire national Laurent Berger.

À un an de l’AG 2012, où en est l’évolution de l’organisation ?

C’est sur les rails, et 2012 sera une année cruciale. Les travaux sont lancés sur les six chantiers. Les expérimentations engagées tiennent la route. Surtout, l’organisation a pris conscience que tous ces projets font sens. Mettre en place des référents de section pour renforcer le lien avec le syndicat ou organiser des rassemblements d’élus répond à une attente. Les actions de proximité renforcent nos pratiques revendicatives – à travers l’explosion des enquêtes Flash, les négociations de protocoles d’accords préélectoraux, la semaine d’action TPE-PME, qui aura des suites tout au long de l’année 2012.
Le service à l’adhérent est lancé ce 1er décembre, et il nous faudra confirmer que cela répond aux attentes des adhérents. Le renouvellement des responsables n’est pas le chantier le plus facile, mais des choses positives s’enclenchent, sur le repérage des militants, avec le lancement de formations et le repositionnement des permanents, à titre expérimental. En matière de communication, la réflexion est engagée, et la décision de lancer un site plus efficace, plus moderne, plus participatif a été unanime au dernier Bureau national. Enfin, en ce qui concerne le rôle des syndicats et la place des structures, un état des lieux est en cours.

Quel est le fil rouge de tous ces chantiers ?

C’est la proximité : proximité aux adhérents, aux militants, aux salariés, entre structures. Toutes les expérimentations vont dans ce sens. L’évolution de l’organisation, c’est de mettre nos savoir-faire au service d’une philosophie, qui consiste à nous interroger sur nos priorités, à sortir des logiques de pré carré pour que nous soyons collectivement plus efficaces et plus forts. Mais

il n’y a pas une manière unique de faire. Chaque structure a ses réalités propres, et il n’est pas question d’appliquer une recette uniforme à tous. L’enjeu de l’évolution de l’organisation, c’est, à partir d’un socle de valeurs qui nous est commun, de revoir l’ensemble de nos pratiques pour tirer dans le même sens. Les assemblées de militants ) seront d’ailleurs l’occasion de faire connaître ce que beaucoup font déjà… sans toujours penser à le faire savoir.

Les responsables et militants sont déjà très sollicités. N’est-ce pas un frein à l’évolution ?

Dans une période d’actualité revendicative très dense – avec les retraites, la crise, les élections professionnelles dans la fonction publique, etc. –, je suis frappé par la capacité des responsables et militants à avoir su gérer tous les dossiers à la fois, tout en se mettant en marche sur l’évolution de l’organisation. Beaucoup ont su intégrer les chantiers à leur vie syndicale quotidienne : évoluer, ce n’est pas faire plus, c’est faire autrement.

La CFDT est donc en mouvement ?

Tout le monde n’est pas encore dans la logique de faire, mais, en un an, le message est passé. Je suis optimiste quant à notre capacité collective à bouger : toutes les expérimentations montrent que c’est possible. Mais c’est long, ça demande de convaincre de l’intérêt à engager ces changements, d’en débattre collectivement. C’est le rôle des assemblées de militants qui se tiennent dans les différentes organisations.

Les expérimentations lancées suscitent la curiosité, mais elles ne peuvent être uniquement confédérales. Aux syndicats, aux unions régionales, aux fédérations de mettre la main à la pâte. Parce qu’à l’AG 2012, on discutera concrètement de ce qui a été fait, il nous faut passer à la vitesse supérieure et démultiplier les expérimentations. L’enjeu, c’est que personne ne reste assis sur les gradins à regarder les autres faire, mais que tous participent, que nous soyons tous ensemble acteurs du changement. C’est le moment de rentrer sur le terrain !

Propos recueillis par Aurélie Seigne
 
L’évolution de l’organisation en bref
 
Six chantiers
L’évolution de l’organisation se concentre autour de six chantiers prioritaires : le soutien et l’accompagnement des militants ; la proximité aux salariés ; les services aux adhérents ; la place des syndicats et le rôle des structures CFDT ; la place et la prise de responsabilité des jeunes, des femmes et des personnes issues de la diversité ; l’information et la communication à destination des salariés, des adhérents, des militants et des responsables.
 
De multiples expérimentations
Certains de ces chantiers se déclinent dans le cadre d’expérimentations menées au niveau régional, fédéral ou d’un syndicat. Au total, une centaine d’expérimentations ont été lancées, sur les référents de section, la négociation de protocoles d’accords préélectoraux, les salariés des TPE-PME, le repérage et la formation des responsables, le repositionnement des permanents, etc.
 
Des assemblées de militants
De décembre 2011 à février 2012, les secrétaires nationaux débattront dans les fédérations et les unions régionales des enjeux de l’AG 2012.
 
Une assemblée générale
L’AG des 28 et 29 novembre 2012 réunira les syndicats pour évaluer les expérimentations menées afin de débattre de ce qui doit être poursuivi, réorienté, abandonné, exploré… avant des décisions au congrès de 2014.
  

Photo : chambrenoire.com