"Un fonctionnement global amélioré au service des syndicats et des sections"

Publié le 23/12/2011 à 00H00
Le secrétaire Jean-Louis Malys, dans le cadre du chantier confédéral n°4, nous éclaire sur le travail que va effectuer la société Algoé auprès de deux cent cinquante structures CFDT.
"Un fonctionnement global amélioré au service des syndicats et des sections"
"Un fonctionnement global amélioré au service des syndicats et des sections"
Le secrétaire Jean-Louis Malys, dans le cadre du chantier confédéral n°4, nous éclaire sur le travail que va effectuer la société Algoé auprès de deux cent cinquante structures CFDT.

 

La Confédération lance une étude sur « la place des syndicats et le rôle des structures ». De quoi s’agit-il ? 

Si l’on veut faire vivre efficacement les orientations du congrès de Tours sur la proximité avec les salariés, le développement du service aux adhérents et le soutien-accompagnement des militants, le rôle des syndicats est déterminant. Pour l’approfondir, la Confédé­ration a décidé de radiographier les pratiques des syndicats et leurs liens avec les sections, les fédérations et les Uri. Cette étude s’insère dans le chantier no 4 sur la place des syndicats et le rôle des structures professionnelles et interprofessionnelles, en vue de la préparation de l’AG 2012.
Il s’agit d’une initiative novatrice qui a pour but de mettre en lumière les différences entre le prescrit et le réel concernant la place et le rôle des syndicats et des structures CFDT. C’est-à-dire d’étudier comment les organisations CFDT fonctionnent au quotidien, chacune dans leur rôle mais également ensemble.
 
 
 
Pourquoi faire appel à un consultant extérieur, la société Algoé, pour un sujet aussi interne à la CFDT ?
 
Nous avons fait le choix d’un consultant extérieur pour nous assurer un maximum d’objectivité. Nous aurions probablement pu mener cette étude en interne, mais – et ce n’est pas une critique – tous les militants sont marqués par leur histoire syndicale et le fonctionnement de leurs organisations. Donc, afin d’avoir un regard à la fois neuf et impartial sur nos modes de fonctionnement, il nous est apparu nécessaire de faire appel à une société extérieure. Bien entendu, le travail d’Algoé sera restitué à la CFDT avant l’AG 2012.
 
 
Comment cette étude va-t-elle se dérouler ?
 
Algoé auditionnera, jusqu’en janvier 2012, deux cent cinquante structures CFDT – soixante syndicats, cent quatre-vingts sections, cinq fédérations et quatre Uri –, ce qui représente au total plusieurs centaines d’entretiens avec des militants. L’objectif desdits entretiens est de mettre en lumière des pratiques actuelles des syndicats, tout particulièrement « qui fait quoi » (lire l’encadré ci-dessous). Ce travail n’a pas pour vocation de faire un audit des organisations, mais de repérer, en vue de l’AG 2012, ce que sont concrètement les relations entre les structures CFDT et ainsi d’obtenir une photographie à un temps T.
 
 
Comment se situe ce chantier par rapport à l’AG 2012 ?
 
Conformément aux objectifs fixés dans le cadre de l’évolution de l’organisation, cette étude met les syndicats au cœur de nos échanges et de nos réflexions. C’est pourquoi le chantier « Place des syndicats – Rôle des structures CFDT » est le seul des six chantiers de l’AG 2012 qui ne repose pas sur des expérimentations, mais sur une étude de la situation actuelle. Pour autant, du fait de la place centrale des syndicats, il est naturellement en lien direct avec les autres chantiers (renouvellement générationnel, accompagnement des militants, service aux adhérents, communication…).
 
 
Faut-il, à l'issue de cette études, s'attendre à des évolutions statutaires ?

Non ! S’il devait y avoir, à moyen terme, des évolutions statutaires, elles reposeraient sur un constat partagé et ne pourraient avoir d’autre objectif que d’améliorer le fonctionnement global de nos structures au service des syndicats et de leurs sections. Quoi qu’il en soit, une décision de ce type ne pourrait être prise que par le congrès de 2014.
 
Propos recueillis par Nicolas Ballot
 
 
 
 Étude Algoé, mode d’emploi
 
D’octobre 2011 à janvier 2012, Algoé auditionnera 60 syndicats, 180 sections, 5 fédérations (FCE, FNCB, Interco, Santé-Sociaux et Services) et 4 Uri (Bretagne, Haute-Normandie, Île-de-France et Rhône-Alpes).
 
        
        L’étude portera principalement sur : 
 
  •  le temps passé par les syndicats sur leurs différentes missions ;
  •  les structures vers lesquelles se tournent militants et sections pour obtenir du soutien ;
  •  les services rendus par les structures aux syndicats ;
  •  les secteurs pris en charge ou non par les syndicats ;
  •  le développement et l’accompagnement des TPE ;
  •  les pratiques de proximité vis-à-vis des salariés et des adhérents;
  •  l’apport des mandats dans le soutien aux militants.
 
 
 Photo : chambrenoire.com