Assurance-chômage : la négociation reprend

Publié le 16/02/2017 à 17H05
Huit mois après l’échec de la précédente négociation, syndicats et patronat (engagés dans un diagnostic partagé sur le régime d’assurance-chômage depuis début janvier) ont décidé de revenir à la table des discussions et se donnnent jusqu'au 28 mars pour aboutir à un accord.

À l’époque, la question des contrats courts avait cristallisé les positions, le patronat refusant toute idée de taxation. Entre-temps, la loi Travail a été définitivement adoptée, permettant aux négociateurs de se retrouver dans un climat plus apaisé. « Un bon premier pas, juge la CFDT pour qui, le plus dur reste à faire. » Le tout dans un temps très court. Quatre séances ont été fixées à l’agenda, avec l’objectif d’aboutir à la fin mars. Les discussions se feront sur la base des travaux qui avaient été menés au printemps dernier, le patronat s’étant engagé à envoyer rapidement aux organisations syndicales un projet de texte amendé.

Pour la CFDT, l’objectif reste inchangé. « Faire de l’assurance-chômage un outil de sécurisation des parcours et donc lutter contre l’usage massif des contrats courts, inciter les entreprises à embaucher des jeunes et garder les seniors, remettre de l’équité dans les modalités d’indemnisation et assurer la pérennité du régime. » Outre l’épineuse question des contrats courts, pour lesquels les organisations syndicales avancent plusieurs pistes d’évolution, les discussions devraient porter sur l’activité réduite et l’emploi des seniors. Un courrier commun sera par ailleurs envoyé à l’État pour le mettre face à ses responsabilités sur un certain nombre de sujets (politique culturelle, travailleurs frontaliers, financement de Pôle emploi…).

aballe@cfdt.fr