Guide syndical "Changement climatique"

Publié le 06/12/2012
Guide syndical réalisé pour la CFDT par Syndex avec le financement de l'Agence d'objectifs de l'Ires
La crise économique actuelle, et ses conséquences dramatiques pour les travailleurs ne doit pas effacer pour autant la « Tempête du siècle » pour reprendre l’expression de John Beddington, dans un article du Guardian du 18 mars 2009. L’accélération du changement climatique, associé à la pénurie alimentaire et d’eau et au renchérissement de l’énergie provoquera, à l’horizon 2030, des troubles, des conflits transfrontaliers et des migrations de masse - en d’autres termes, un effondrement économique et politique, auprès de quoi la récession économique actuelle semblerait mineure. Concernant les remèdes à mettre en oeuvre, le lien entre la récession actuelle et la tempête qui nous attend en 2020/30 ne saurait être plus clair : il faut traiter les calamités du jour en investissant dans les infrastructures et les technologies qui aideront demain à éviter d’infiniment pires calamités.
Les organisations syndicales ont pour mission d’améliorer et de défendre les conditions de travail, d’emploi, de rémunération et, plus largement, les conditions de vie des salariés, ainsi que la qualité de leur participation à la vie économique et sociale et aux grands choix correspondants de société. Elles ont l’ambition et la volonté de le faire dans un souci de justice sociale et de progression collective. Mais elles sont amenées à repenser ces questions dans des espaces de solidarité et d’interdépendance sans cesse élargis. Élargis dans l’espace commun, celui « mondial » de notre planète, et dans le temps, avec ceux à qui nous lèguerons cette planète. Cette double extension, dans l’espace et dans le temps, invite et oblige les organisations syndicales à participer à une responsabilité collective nouvelle : celle de la participation à l’élaboration d’un New Deal autour de la construction d’une économie bas carbone, pour lutter contre les effets du changement climatique.
C’est clairement l’intérêt des salariés de demain. Mais c’est aussi l’intérêt bien compris, des salariés d’aujourd’hui. D’une part, parce qu’ils sont une partie de ces salariés de demain ; d’autre part, parce qu’ils ont une responsabilité à l’égard de leurs enfants, des autres salariés de demain. Enfin, parce que, de plus en plus fréquemment, leur emploi, leurs conditions de travail, leur évolution professionnelle dépendent des choix qui sont faits aujourd’hui dans ces domaines. Ignorer l’impact environnemental de ces choix, au niveau de l’entreprise, comme à tous les autres niveaux, c’est prendre le risque de les voir remis en cause ou pénalisés, avec les emplois concernés. Le « développement durable » n’est pas le luxe de quelques uns, c’est désormais l’impératif et le cadre de référence de tous.
L’exercice de cette responsabilité nouvelle, dans des domaines controversés, suppose une approche complète et « systémique » des processus économiques et de leur fonctionnement d’ensemble : elle ne peut se faire sans une bonne maîtrise des connaissances complexes correspondantes. Les organisations syndicales, pour exercer cette responsabilité, pour échanger ou négocier avec leurs partenaires patronaux, politiques ou associatifs, doivent se doter d’une expertise solide et entretenue.
Responsabilité et connaissance experte sont inséparables. Elles le sont plus encore dans ces domaines nouveaux où c’est moins l’expérience ordinaire et immédiatement visible que l’anticipation et la modélisation des lourdes évolutions en cours qui fonde les grandes réorientations envisagées ou décidées, leur négociation, les accords et les réglementations correspondants.
L’étude proposée dans le projet développé ci-dessous s’inscrit très clairement dans cette perspective : construire une expertise syndicale commune accompagnant le « Grenelle de l’environnement », et le paquet climat-énergie de l’Union Européenne, la prolongeant dans le domaine de responsabilité le plus lourd pour les organisations.
Ce guide à destination des organisations syndicales, sans prétendre apporter des réponses à l’ensemble des questions qui se posent aujourd’hui face aux enjeux du changement, vise néanmoins à donner quelques points de repère en vue de dessiner les contours des transitions économique et sociale dans le cadre des politiques d’adaptation et d’atténuation face au changement climatique.