Place des jeunes dans les territoires ruraux

Publié le 13/01/2017 (mis à jour le 20/03/2017)

Il n’y a pas une jeunesse rurale, mais des jeunes en situations très diverses, dans des territoires ruraux eux-mêmes très divers, et qui sont confrontés, en plus des difficultés liées à la conquête de leur émancipation, à l’éloignement des espaces économiques et sociaux. Paradoxalement, l’absence de sources et statistiques aura permis de donner à cet avis une forme d’expertise basée sur le croisement des regards. Elle a notamment mise en évidence les inégalités dont sont victimes les jeunes femmes dans les territoires ruraux, ou le taux de jeunes ni en emploi, ni en formation.

La CFDT approuve les propositions dans leur ensemble, en considérant que les évolutions structurelles préconisées comme la compétence territorialisée, les campus ruraux de projet ou le pacte jeunes ruraux, auront besoin de l’engagement de tous les acteurs de la société civile pour être portés et mis en œuvre. Et c’est bien l’implication des jeunes dans cette société civile qui sera déterminante de sa réussite.

 

La saisine gouvernementale exprimait le souhait de voir la jeunesse comme un élément moteur de la construction des solutions. Les préconisations apportent sur ce point des réponses concrètes en proposant, notamment à travers les campus ruraux de projets, que les jeunes contribuent à la vitalité des territoires. Le renforcement des missions locales, la garantie jeunes inscrite dans la loi travail doivent contribuer à soutenir une approche globale de chaque jeune en articulation avec les autres acteurs.

 

Certaines préconisations, concernant l’égalité hommes/femmes, l’accès à la formation ou l’accès au logement mériteraient de dépasser le cadre de la ruralité et d’être étendues aux espaces urbanisés car les mesures préconisées bénéficieraient sans doute à toutes et tous.

 

La participation des jeunes à la vie économique, sociale et politique sera donc déterminante pour développer l’attractivité des territoires ruraux et pour favoriser l’engagement citoyen.  Cet engagement citoyen passe notamment pour les jeunes salariés par l’adhésion syndicale. Cela suppose que les conditions d’accueil et la participation à la vie des sections syndicales soit assurée, ce à quoi la CFDT est particulièrement attentive.