La construction d’une Europe dotée d’un socle des droits sociaux

Publié le 16/12/2016 (mis à jour le 20/03/2017)

Cet avis pointe la nécessaire effectivité et portabilité des droits. Il propose des chantiers précis de convergence ascendante, sans dumping social, pour l’emploi, la sécurisation des parcours professionnels, l’égalité professionnelle, un revenu décent, une protection sociale de qualité, une attention renforcée aux personnes défavorisées et vulnérables.

Aujourd’hui, la croissance européenne manque de vigueur, faute de trouver les relais pour construire une économie durable, inclusive et de qualité ; le sous-emploi persiste ; des tensions géopolitiques s’accroissent aux frontières de l’Union ; elle ne fait pas face aux flux migratoires dans le respect de  ses valeurs ; le brexit est en marche ; le pacte de stabilité n’a pas permis d’éviter les crises de la dette ; les divergences économiques nourrissent la montée d’inégalités.

 Dès lors l’euroscepticisme, nourri dangereusement des illusions de solutions simplistes ou nationalistes, gagne du terrain et remet en cause la pérennité du projet européen.

 Pourtant, cinquante ans de construction européenne ont permis d’asseoir la démocratie, la paix, le progrès social et une forme de régulation économique. Depuis 2008, la zone euro a été capable d’évolutions de sa gouvernance, de régulations financières plus solides, de mécanismes de réaction aux difficultés, d’ébauche de stratégies d’investissements. Des solutions sont donc possibles.

 Cependant, ces avancées réelles sont insuffisantes. La situation exige une nouvelle étape avec des politiques concertées et  ambitieuses en matière  économique, fiscale et sociale, avec un approfondissement des coopérations, de la solidarité, de la mutualisation, de la démocratie et de la citoyenneté européennes.

 En ce sens, avec d’autres, la CFDT appelle une Union Européenne qui pense son avenir, son développement, ses rapports avec l’extérieur. Car de nombreux défis économiques, sociaux, environnementaux ne peuvent trouver de solutions efficaces qu’à l’échelle européenne.

 C’est pourquoi la CFDT juge opportune l’ouverture, par la Commission européenne, d’une perspective pour « la construction d’une Europe dotée d’un socle de droits sociaux ».

 Nous l’affirmons avec la Confédération européenne des syndicats :

-      « L’Europe doit relancer et renforcer son modèle social », ce n’est pas faire obstacle à la compétitivité et à la croissance économique, au contraire. Travailleurs et citoyens ont besoin de mesures qui fassent la différence dans leur vie de tous les jours, qui améliorent leurs conditions d’existence et de travail ;

-      des outils doivent être créés au niveau de l’Union ou de l’Union monétairepour soutenir la protection sociale et faire face aux chocs sociaux, tels un régime supplémentaire d’allocations de chômage ou des garanties pour la jeunesse.

 Cet avis constitue une contribution utile à la réponse du gouvernement français et à l’éclairage du débat public sur l’Europe.