Les gauches en France

Publié le 03/01/2013

Un livre de Jacques Julliard sur l'histoire des gauches en France depuis la Révolution française.

Après Les droites en France de René Rémond, référence incontournable, voilà avec Jacques Julliard, l’histoire des gauches françaises 1762-2012, historien et éditorialiste, partant des philosophes des Lumières, l’auteur n’hésite pas à aller à contre-courant des idées reçues, mille fois rabâchées. Son analyse, souvent très fine, souligne comment le Rousseau du Contrat social peut être le père d’une idée du totalitarisme, comment la Révolution française, «prise en bloc» pour reprendre l’expression de Clemenceau, doit être fouillée de plus près. Révolution de 1789 plus démocratique, celle de 1793 plus tyrannique avec Robespierre, l’une girondine et l’autre montagnarde, ancêtres lointains des politiques depuis plus de deux siècles…

Passionnant, Jacques Julliard l’est sans conteste lorsqu’il analyse l’identification de la gauche à l’idée républicaine jusqu’en 1871, alors que le social et le prolétariat ne sont encore qu’une idée abstraite. Provocateur aussi lorsqu’il réhabilite Thiers, le fusilleur des Communards en 1871 mais de gauche libérale dès 1830, avant de se convertir à l’idée républicaine!

La gauche du XVIIIe siècle, c’était l’individu et la liberté, celle du XIXe et du XXe, l’aspiration à l’égalité laissant à la droite la défense de l’individualisme et du libéralisme. L’arrivée des penseurs socialistes change la donne. La République installée, le clivage gauche-droite se cristallise sur la question sociale. Encore que là aussi, les sensibilités varient, se confrontent entre les centralisateurs jacobins et les libertaires. Le schisme de 1920 entre communistes et socialistes, les différentes poussées sociales qui vont de pair avec des ruptures politiques comme en 1830, 1848,1870-1871, puis même 1899 avec la participation de Millerand dans un gouvernement bourgeois soutenu par Jaurès le réformiste et vilipendé par Guesde le marxiste. Que signifient le réformisme et la révolution, la guerre religieuse et la guerre scolaire? Autant de controverses qui ont divisé profondément la gauche durant ces deux siècles et demi. 

Julliard entrecoupe son livre de portraits croisés, petits chefs-d’œuvre de concision: Rousseau et Voltaire, Clemenceau et Jaurès, Thorez et Blum, Et enfin, Mendès et Mitterrand. Convaincant Julliard lorsqu’il démontre les quatre cultures de la gauche: la libérale, la collectiviste, la libertaire, et la jacobine. A chacun de se situer.
Flammarion. 940 pages. 25 €.

Henri Israël