[WTF] Rassemblement du 1er Mai,Working Time Festival : let’s go !

Publié le 03/02/2015

Le 1er mai, 5 000 jeunes fêteront le travail avec la CFDT. À trois mois de ce grand rassemblement à Paris, la Confédération met tout en oeuvre pour en faire une date marquante de l’organisation.

« Le vecteur principal de la mobilisation autour du Working Time Festival (WTF), c’est le militant d’entreprise qui va contacter les jeunes de sa boîte et leur proposer de venir à Paris le 1er mai pour une journée de débats et d’animations ponctuées de concerts. Ce sont eux, les militants, qui proposeront les tickets de prévente et feront remonter les formulaires d’inscription à leur union régionale qui, elles, organiseront le transport. Nous comptons sur eux ! », insiste Sylvain Desoignies, l’un des deux délégués jeunes de la Confédération.


Au programme : ateliers, débats, animations…

Il faut préciser que l’ambition est de taille : rassembler 5 000 jeunes de moins de 36 ans, dont 2 000 adhérents et 3 000 non-adhérents, afin de fêter le travail le 1er Mai à l’Insep (Institut national du sport, de l’expertise et de la performance), aux portes de Paris, constitue un vrai défi pour la CFDT. Selon Inès Minin, secrétaire nationale chargée du dossier, « WTF sera une date marquante dans la poursuite et l’amplification du rapprochement entre la CFDT et les jeunes. C’est dans la suite logique du travail engagé depuis 2010, date à laquelle la CFDT a décidé de donner toute leur place aux jeunes au sein de l’organisation. Les rassemblements Effervescence(s), qui ont traduit cette volonté, ont commencé à donner leurs premiers fruits : de plus en plus de jeunes prennent des responsabilités dans l’organisation, certains sont devenus secrétaire général de leur syndicat, d’autres sont entrés dans les exécutifs de leur fédération ou de leur union régionale. C’est un premier pas. »

L’enjeu est également crucial pour les fédérations et unions régionales, dont certaines travaillent depuis des années sur leur proximité aux jeunes, à travers des universités d’été, journées jeunes adhérents, rassemblements, formations Repères, etc. Certaines participeront aux nombreux ateliers, animations et débats proposés. Le sport aura évidemment sa place dans ce temple de la formation sportive qu’est l’Insep avec des initiations y compris pour les personnes handicapées. Les services CFDT tels que Réponses à la carte, L’Ouvre-boîte de la CFDT-Cadres, un speed dating où des salariés viendront parler de leur métier sans langue de bois, seront également proposés. L’Europe sera à l’honneur grâce à la présence de grands débatteurs et à un atelier dédié. L’emploi des jeunes, la gestion des temps de vie, le dialogue social, la transition énergétique, le logement seront aussi de la partie dans cette journée qui sera entrecoupée d’activités ludiques et interactives, de petits et grands concerts parmi lesquels Skip The Use en tête d’affiche.

“Déringardiser” le syndicalisme

« Notre volonté de sortir du traditionnel défilé du 1er Mai en invitant 5 000 jeunes à participer à cette journée doit contribuer à donner une image “déringardisée” de la CFDT, explique Inès Minin. Nous nous devons de montrer au public du Working Time Festival une vitrine attrayante et pédagogique de l’organisation. » « Pour les militants qui bénéficient déjà d’un capital de sympathie auprès des jeunes de leur entreprise, cette journée peut être décisive, poursuit Sylvain Desoignies, et se concrétiser par des adhésions. À terme, c’est le renouvellement générationnel du tissu militant qui se joue. »

dblain@cfdt.fr