Les débats du congrès de Marseille se précisent

Publié le 25/04/2014

Le 19 avril, Laurent Berger a présenté à la presse les enjeux et les débats du congrès de Marseille, qui se tiendra du 2 au 6 juin. Éclairage.

Le deuxième écocongrès de la CFDT, après Tours en 2010, donnera l’occasion de fêter les 50 ans de la déconfessionnalisation de la CFTC devenue CFDT. Mais au-delà de cet anniversaire, comme l’a expliqué Laurent Berger lors de la conférence de presse de présentation du congrès, les débats auxquels prendront part les quelque 2 500 délégués réunis dans la cité phocéenne « porteront sur les sujets de fond au cœur de notre syndicalisme : un nouveau modèle de développement, davantage centré sur la qualité – qualité de vie au travail, des emplois, des produits et des services de notre économie, mais aussi qualité de la formation et du dialogue social ». Le tout dans un contexte économique et social fortement dégradé, marqué par une forte défiance, à laquelle « le syndicalisme, comme tous les corps intermédiaires, n’échappe pas ». Cependant, insiste le secrétaire général, « la CFDT aborde ce congrès avec sérénité : nous sommes forts de notre action passée et confiants dans notre capacité à construire l’avenir et à apporter la preuve de l’utilité du syndicalisme ».

la CFDT veut Un nouveau modèle
de développement, davantage centré sur
la qualité.


Les syndicats débattront tout d’abord du rapport d’activité. Il dresse le bilan des quatre années écoulées qui ont vu, dans un contexte marqué par une crise de société, la CFDT prendre ses responsabilités et se mettre en mouvement autour de trois grands axes : peser sur les choix globaux ayant un impact sur la vie des salariés ; construire des choix revendicatifs en partant de la réalité vécue par les salariés ; faire vivre une CFDT plus proche des salariés. Ces quatre années ont ainsi permis à la CFDT de se renforcer en mettant en avant son syndicalisme d’engagement. Dans le même temps, elle s’est interrogée sur son fonctionnement et ses pratiques dans l’optique d’être toujours plus proche des salariés et de leurs attentes.
« On peut dire qu’au travers des expérimentations, nous avons franchi les premiers paliers, assure Laurent Berger. Le congrès de Marseille doit maintenant marquer la confirmation de ces évolutions. »

Le projet de résolution, intitulé « Un nouveau modèle de développement porteur de progrès social pour tous »  poursuit l’objectif, dans le prolongement des textes des deux précédents congrès confédéraux (Grenoble en 2006 et Tours en 2010), de « dessiner des perspectives de progrès et d’avenir en partant des réalités vécues par les salariés ».

Ce qui nourrit le nouveau projet de résolution

projet resolution cfdtIl s’agit bien, selon Laurent Berger, « de changer le quotidien des salariés et de leur redonner espoir dans l’avenir ». Face aux changements provoqués par la crise financière et l’absence de régulation supranationale, qui accentuent le sentiment d’impuissance et l’inquiétude des salariés quant à la capacité de notre pays à s’en sortir, la CFDT veut partager sa vision d’une société qui sort des mutations par le haut et est capable de construire un nouveau modèle de développement, accompagner les salariés vers cet objectif avec ses fondamentaux, à savoir lutter contre les inégalités et produire des résultats concrets. Le projet de résolution donne, dans sa première partie, des clés afin de comprendre le monde actuel de façon à pouvoir prendre en main notre avenir. Le texte insiste sur les transformations nationales et mondiales extrêmement profondes, dont certaines s’avèrent irréversibles, qui débouchent trop souvent, faute de régulation, sur des crises (financières, environnementales, alimentaires, politiques…). Reste que ces mutations peuvent parfois se révéler positives, à l’échelle mondiale, sous certains aspects comme l’allongement de la durée de vie ou le développement de l’accès à la santé.

changer le quotidien des salariés
et leur redonner espoir dans l’avenir

C’est « dans un contexte loin d’être rose », selon l’expression de secrétaire général, que la deuxième partie du projet de résolution présente l’ambition de la CFDT d’un nouveau modèle de développement durable mettant « les femmes et les hommes au cœur de son projet ». Aux yeux de la CFDT, cette ambition conjugue un système productif orienté vers la création d’emplois, la qualité et l’innovation, tant en matière d’industrie que de services, un haut niveau de vie et de protection sociale bénéficiant aux citoyens. Cela se traduit par une série de revendications : le droit à un emploi de qualité pour tous ; le droit à la qualité de vie au travail pour tous (ce qui passe par l’articulation des temps au quotidien et tout au long de la vie) ; le droit à une rémunération équitable ; le droit à un parcours de vie de qualité pour tous (en investissant dans l’éducation et la politique familiale en vue de préparer l’égalité des chances) ; le droit à un cadre de vie de qualité pour tous et le droit à une action publique de qualité pour tous.

Enfin, la troisième partie du projet de résolution fait de la démocratie sociale la condition de la réussite, d’autant plus que la nouvelle place réservée aux partenaires sociaux dans la création des normes sociales et la mesure effective de la représentativité créent une nouvelle donne qui légitime pleinement une meilleure articulation entre démocratie sociale et démocratie politique. C’est également dans cette dernière partie qu’est réaffirmée la double exigence d’efficacité du syndicalisme et de proximité avec les salariés, définie à Tours et enclenchée grâce aux expérimentations, avec l’objectif d’en inscrire « les enseignements dans nos pratiques quotidiennes ».

Une vingtaine de débats envisagés lors du congrès

   


Les principaux débats envisagés

• L’intensification du travail et mobilité des salariés ;
• La fiscalité des transmissions ;
• La construction européenne ;
• Limiter la dette pour une action publique cohérente ;
• La croissance  : quel modèle économique voulons-nous ? ;
• Modèle de développement et qualité de niveau de vie ;
• La transition énergique et écologique ;
• Les groupements d’employeurs ;
• L’articulation des temps tout au long de la vie et le compte social personnel ;
• Le droit à la déconnexion ;
• La politique de rémunération et ses critères collectifs et individuels ;
• L’aide financière en matière d’énergie pour les plus modestes ;
• L’action des comités d’entreprise sur le pouvoir d’achat ;
• La construction des revendications avec les salariés ;
• La généralisation des correspondants de section ;
• L’adhésion spécifique pour les jeunes…

   

L’avant-projet de résolution a fait l’objet de 1 681 amendements de la part des syndicats ; 622 d’entre eux ont été intégrés au projet de résolution. En attendant le choix définitif du Bureau national du 13 mai, une vingtaine de débats  sont envisagés lors du congrès. « Les débats sur les amendements servent à définir les positions de la CFDT. Ce sont ces débats démocratiques qui nous permettent d’avoir des positionnements clairs sur les grands sujets et d’être cohérents pendant toute la durée du mandat », insiste Laurent Berger.

C’est dans la logique de ces évolutions que les délégués débattront d’un troisième texte : le projet de résolution sur la Cnas, qui propose de faire évoluer les interventions de la Caisse nationale d’action syndicale afin de créer de nouvelles aides entrant dans le cadre des orientations du congrès de Tours sur l’évolution de l’organisation (aide permettant de se rapprocher des salariés éloignés du syndicalisme, service aux adhérents) et d’améliorer le service rendu aux syndicats et adhérents.

Enfin, cinquantième anniversaire oblige, les statuts – le préambule et l’article 1er – de la Confédération subiront un toilettage permettant d’« adapter le texte aux évolutions de notre société et de notre syndicalisme ». Pour Laurent Berger, il s’agit de la « traduction d’une organisation qui assume pleinement son syndicalisme de transformation sociale ».

nballot@cfdt.fr