[Interview] “Enrichissez les débats du congrès de Rennes !”

Publié le 23/10/2017 à 16H36
Jusqu'au 30 novembre, les adhérents de la CFDT sont invités à participer la rédaction du projet de résolution du congrès de Rennes qui se tiendra du 4 au 8 juin 2018. Comme l'expliquent les secrétaires nationaux Marylise Léon et Yvan Ricordeau, il s'agit de codéfinir les orientations stratégiques de l’organisation jusqu’en 2022.

Pourquoi soumettre le texte qui sera débattu au congrès de Rennes à l’avis des adhérents sur la plateforme participez.cfdt.fr ?

YR : Nous voulons que le plus grand nombre d’adhérents s’approprie le contenu de cet avant-projet de résolution et contribue ainsi à enrichir les débats du congrès de Rennes. C’est la traduction logique de ce que nous disons sur la nécessité de capter les réalités au plus près des travailleurs. Cela permet aussi à tous, y compris les adhérents ou militants isolés, de s’exprimer. Sans compter que la révolution numérique rebat les cartes du débat.

ML : Être associé aux débats de fond, en amont de la prise de décision selon les règles de notre démocratie représentative, répond à une aspiration citoyenne. Nos adhérents ont envie de s’impliquer. On les encourage à prendre toute leur place dans les administrations et les entreprises. Pourquoi ne pas le faire pour ce qui concerne directement la vie de l’organisation ? Et pourquoi ne pas permettre à de nouvelles idées d’émerger ?

La nécessité d’un renouveau démocratique est très présente dans le texte mis en débat. C’est une manière d’y contribuer ?

     

198 propositions
Jusqu’au 30 novembre, 198 propositions sont mises en débat auprès de tous les adhérents. Chacun peut voter pour ou contre, donner ses arguments ou ajouter sa propre proposition. Les propositions les plus votées pourront intégrer le texte qui sera débattu au congrès de Rennes, selon l’avis du Bureau national.

Une première étape
Cette consultation est une première étape d’ici le congrès. L’avant-projet de résolution, enrichi des débats de la plateforme, sera envoyé en janvier 2018 aux syndicats pour qu’ils proposent leurs amendements. Les débats vont donc se poursuivre dans les sections, les syndicats, les rassemblements régionaux ou fédéraux.

Pour participer…
…allez sur participons.cfdt.fr. En haut à droite de l’écran, cliquez sur Inscription. Il suffit alors d’indiquer le nom que vous souhaitez voir s’afficher sur la plateforme, votre adresse mail, de vous choisir un mot de passe et d’accepter le conditions de la charte qui rappelle les règles d’utilisation de la plateforme. Ensuite, à vous de jouer !

     

YR : Le texte affirme la volonté de la CFDT de revivifier le débat interne dans l’organisation. Cela nécessite que l’ensemble des structures de la CFDT (section, syndicat, fédération, union régionale, etc.) le fasse. Nous sommes d’autant plus légitimes à le faire si nous donnons l’exemple.

ML : La démocratie est effectivement un enjeu fort du futur congrès, aussi en ce qui concerne l’articulation entre la démocratie politique et la démocratie sociale. L’enjeu plus général, c’est de redonner des repères dans la période et de réaffirmer nos fondamentaux.

Quels sont les autres axes forts du texte ?

ML : Nous voulons répondre à la façon dont les mutations impactent le travail et dont les travailleurs le vivent. Il faut transformer le travail en en négociant l’organisation dans les administrations et les entreprises et en repensant l’entreprise comme un projet collectif qui nécessite d’y rééquilibrer le pouvoir.

YR : Les mutations du travail rendent les frontières entre statuts moins nettes et nécessitent d’inventer et d’élaborer de nouvelles protections sociales, de nouvelles règles collectives du travail, de nouvelles régulations européennes.

Il y a toute une partie sur les enjeux internes à la CFDT qui propose des engagements forts pour les quatre ans à venir.

YR : C’est vrai. Pour résumer à grands traits, l’enjeu, c’est de susciter un électrochoc sur la syndicalisation et de gagner et conforter notre place de première organisation. Cela nécessite de bouger nos façons de faire, de renforcer notre proximité aux militants, de prendre le virage numérique, d’aller vers tous les publics de travailleurs.

C’est nouveau de parler de travailleur ?

ML : Le terme permet d’inclure tout le monde, quel que soit le statut, et de remettre le travail au centre du jeu. Or c’est l’un des points clé de ce projet de résolution. Nous devons nous mettre en phase avec un monde qui change à vitesse grand V.

YR : Alors participez, enrichissez ! Ensemble, construisons une société qui se porte mieux.

Propos recueillis par aseigne@cfdt.fr