Urgences : La CFDT ne désarme pas

Publié le 23/09/2019

Mise en place d’un service d’accès aux soins (SAS), reconnaissance des compétences des professionnels des urgences, annonce d’une enveloppe de 750 millions d’euros… « Malgré les moyens annoncés par la ministre de la Santé, la CFDT-Santé-Sociaux considère que la crise du système de soin ne trouvera une issue favorable qu’à la faveur d’un investissement humain et financier majeur, insiste Ève Rescanières, secrétaire générale de la fédération.

Cela doit se traduire dans un projet de loi de financement de la Sécurité sociale à la hauteur des enjeux ! » En cela, les mesures contenues dans le « pacte de refondation des urgences » ne sont qu’une réponse partielle aux inquiétudes des professionnels de santé. « Le problème est certes bien traité dans sa globalité […] mais nous restons sceptiques quant à la capacité du secteur hospitalier à supporter certains efforts envisagés comme la gestion des lits en amont et les parcours dédiés aux personnes âgées. »

Le quotidien des agents en images

Pour la CFDT et ses militants, qui alertent depuis plusieurs mois sur la dégradation des conditions d’accueil des patients et défendent un service public de qualité, pas question de relâcher la pression. Avec les slogans « Je fais le job, respectez-moi », « Tu comptes sur moi, mais tu ne me calcules pas », la fédération appelle les personnels à une mobilisation nationale et à afficher leur revendication. Elle invite les agents à se réunir dans les territoires, à se photographier et à faire remonter leur initiative. « Le 8 octobre, nous installerons un mur d’images devant le ministère de la Santé avec tous les clichés reçus des équipes. Les témoignages des personnels seront lus publiquement », précise Ève Rescanières.

glefevre@cfdt.fr