Le compte personnel de pénibilité est sur les rails

Publié le 01/04/2014

Conçu pour permettre aux salariés exerçant des métiers physiquement pénibles de se reconvertir, travailler à temps partiel ou partir en retraite anticipée (jusqu’à deux ans plus tôt), le compte pénibilité doit s’appliquer au 1er janvier 2015 après parution des décrets à la fin juin.

« Maquette de ce que pourrait être le dispositif du compte pénibilité », les propositions issues d’une première concertation, présentées le 27 mars, portent sur un référentiel interprofessionnel national applicable à toute entreprise. À charge pour les branches de développer « un mode d’emploi du référentiel » afin de « faciliter le déploiement du dispositif, en collant à la réalité de terrain ».

Le patronat uni contre le compte pénibilité

L’enjeu sera aussi d’accélérer le processus de prévention dans les entreprises. Le projet fixe les seuils des dix facteurs de pénibilité établis en 2008 (travail de nuit, port de charges lourdes…) en intégrant « l’intensité d’exposition et sa temporalité ». Mais cette déclinaison est loin de faire l’unanimité parmi les partenaires sociaux. Le patronat rechigne déjà, dénonçant « l’usine à gaz » que représenterait un tel dispositif et demandant au gouvernement un moratoire. « Comment ces organisations patronales peuvent-elles oser combattre un dispositif qui traite la question de l’injustice causée par la pénibilité du travail ? », fustige Laurent Berger sur son blog. « C’est repousser toute équité sociale en refusant toute compensation, qu’elle favorise la réorientation professionnelle ou permette les départs anticipés. »

aballe@cfdt.fr

photo © Hamilton /Réa

Pour aller plus loin