[Mise à jour] Pas d'accord social à La Poste

Publié le 05/09/2014

L'accord social « Un avenir pour chaque postier » ne rentrera pas en vigueur en dépit de la signature de la CFDT. La CGT, FO et SUD ont refusé de le valider, le rendant ainsi caduque.
Alain Barrault, le négociateur de l'accord pour la F3C-CFDT réagit à cet échec pour les postiers.

Pas de plan social pendant les cinq ans de la durée de l’accord social : tel aurait été le principal acquis de ce dernier, intitulé « Un avenir pour chaque postier ». Alors que La Poste connaît de grosses difficultés avec une baisse d’activité de 6 % par an, cet accord devait rassurer salariés et agents quant à leur avenir. « Cet accord négocié pendant l’été prévoyait d’autres améliorations, notamment sur le plan salarial », explique Alain Barrault, secrétaire national de la F3C-CFDT et négociateur de l’accord. Ainsi, la prime « complément Poste » des salariés de droit privé aurait été revalorisée. Cette mesure devait entrer très rapidement en vigueur.

De véritables avancées sociales

De même, la grille indiciaire de nombreux fonctionnaires devait être améliorée, et les conditions indemnitaires en cas de mobilité auraient été augmentées. La CFDT avait également obtenu une garantie de prise de congés qui permettait à chaque postier de prendre au moins trois semaines consécutives de congés pendant la période estivale. Jusqu’à présent, certains postiers doivent se contenter d’une semaine pendant cette période.

L’accord prévoyait la mise en œuvre d’une gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) ainsi qu’un observatoire des métiers, ainsi que des améliorations des conditions de travail et la mise en place d’un compte personnel de formation (y compris pour les fonctionnaires). « Tout cela aurait constitué de véritables avancées sociales », estime Alain Barrault.

Cependant, pour être validé, cet accord devait recueillir au moins la signature de FO.

dblain@cfdt.fr