[Exclusif] Travail du dimanche : les premiers résultats de l’enquête CFDT

Publié le 27/11/2013

En à peine trois semaines, les militants CFDT ont interrogé plus de 1 800 salariés du commerce pour connaître la réalité de leurs attentes concernant le travail dominical.

      
      

CFDT Dimanche DACCORDQuand on aborde le travail du dimanche, surgissent moult considérations : respect du droit, conciliation des temps de vie, souhaits des consommateurs, attractivité des territoires… Mais c’est sur l’aspiration des salariés du commerce que la CFDT a choisi de s’appuyer pour porter ses revendications. Ces dernières semaines, une enquête nationale a été menée auprès de 1 834 salariés de la branche, dont 64 % ont déjà travaillé le dimanche. Acte volontaire ? Pas sûr : selon les salariés interrogés, le travail du dimanche « doit rester exceptionnel », 68 % en « refusant le principe, même en cas de négociation dans l’entreprise ». Quant aux 32 % restants, ils seraient prêts à travailler le dimanche à condition d’obtenir une contrepartie financière (93 %) ou un temps de récupération (36 %). « Les salaires et les conditions de travail restent des préoccupations majeures. Le fait que 88 % des enquêtés touchent un salaire inférieur à 1 500 euros nets et que 27 % soient à temps partiel (dont 49 % imposé) expliquent cette forte exigence de contreparties », analyse la Confédération.

Le volontariat… pas si simple

La question du volontariat, souvent mise en avant par la direction pour justifier l’ouverture du dimanche, est cruciale. S'il est jugé possible par 73% des salariés interrogés, le manque d’effectifs nécessaires à sa mise en place est pointé par 41 % des sondés. 27 % évoquent tout de même un volontariat impossible du fait d’un « dialogue social dégradé dans l’entreprise ».

aballe@cfdt.fr

photo : © Ian Hanning /Réa