Victoire totale de la CFDT chez Total Lubrifiants Rouen

Publié le 22/12/2015

Face à une CGT toute-puissante il y a encore quelques mois, personne n’aurait cru possible une victoire CFDT à l’usine Total Lubrifiants de Rouen. Et pourtant…

Historique ! Le terme n’est pas galvaudé pour qualifier la victoire de la CFDT lors des élections du 27 octobre dernier chez Total Lubrifiants, à Rouen. « Si la CFDT est la première organisation au niveau du groupe Total, l’usine de Rouen était jusqu’alors un symbole de notre difficulté à dépasser la CGT “historique” dans certains de ses bastions », expose François Pélégrina, le coordinateur CFDT chez Total. Au-delà de l’ampleur du score – 47,7 % des voix à l’élection au CE (comité d’établissement) –, cette victoire est celle d’une équipe jeune et dynamique qui porte fièrement les couleurs et valeurs de la CFDT.

           

L’aventure a débuté en 2008 lors du départ à la retraite du délégué syndical de l’époque. « On s’est dit que c’était dommage de laisser le site à la seule CGT, se souvient Karim Lazar, actuel DS. Nous n’étions pas nombreux dans la section, pas plus de cinq ou six, mais on s’est lancé quand même. » Lors des élections au comité d’établissement de 2009, la CFDT n’obtient aucun élu titulaire, contre quatre pour la CGT et un pour la CFE-CGC dans le collège cadres. Trois ans plus tard, avec une équipe un peu étoffée, la CFDT obtient 27 % des suffrages, mais ne décolle pas en nombre d’élus.

S’affirmer résolument CFDT

« On a pris une petite claque au moral, reconnaît Karim. On s’était beaucoup investis. Mais avec le recul, on comprend désormais qu’on s’était trop dispersés et que nos outils n’étaient pas au top. » Le résultat aurait sans doute été du même ordre cette année sans ce que Karim qualifie d’électrochoc : la démission du DS au début 2015. La section tient alors une réunion de crise lors de laquelle tous les sujets sont mis sur la table. « On a réalisé que sur un site où le vote CGT était quasi culturel, la CFDT n’osait pas s’affirmer et qu’on se calait trop souvent dans les pas de la CGT, déplore Daphné Eustache, désormais secrétaire du comité d’établissement. Pire, on préparait des propositions en intersyndicale et on laissait la CGT s’approprier seule les avancées obtenues. » « Sans compter qu’on laissait notre DS souvent trop seul », ajoute Karim. Il sait de quoi il parle, lui qui s’est retrouvé propulsé sur le devant la scène à la suite de la fameuse réunion de crise. Dans la foulée, il est nommé DS mais sait qu’il peut compter sur un bureau de section de cinq personnes. Angel Pobo, tout récent délégué syndical central de Total Marketing & Services, fait alors connaissance avec l’équipe. « Dès notre premier contact, j’ai été très agréablement surpris par la qualité des individus et par leur camaraderie. On voyait tout de suite que Karim avec son sourire et sa force de conviction serait un bon DS et qu’il était bien entouré. Bref, on était face à un vrai collectif représentatif de ce qu’est la CFDT. »

Le soutien indéfectible de l’organisation

     


Coup de booster pour le développement
La campagne électorale fondée sur la proximité et le dialogue avec les salariés a porté ses fruits en matière de représentativité avec une victoire écrasante (47,7 % des voix) mais elle a également relancé le développement : depuis un mois, cinq nouveaux salariés ont rejoint la section, qui compte désormais près de 30 adhérents sur 173 salariés.

     

La rencontre avec Angel a été déterminante pour la jeune équipe, qui cherche alors à se démarquer de la CGT, comme le résume Johnny Bonté, désormais trésorier du comité d’établissement : « Je n’ai pas pris ma carte à la CFDT pour travailler en permanence en intersyndicale avec la CGT ! » Dans cette détermination, la section peut compter sur le soutien sans faille de la Fédération chimie-énergie, notamment par l’intermédiaire d’Angel. « Si je n’avais pas senti un tel soutien de la part de la CFDT, je n’y serais pas allé et surtout nous aurions été incapables de gagner », confirme Karim en insistant sur l’importance du lien de proximité avec le syndicat Chimie-Energie de Haute-Normandie qui a accompagné l’équipe durant toute la campagne électorale. La communication s’est alors professionnalisée : « Face aux problèmes de trésorerie que rencontrait le CE, on a décidé d’informer régulièrement par tracts nos collègues sur la gestion hasardeuse de la CGT », explique Karim. Mettre « le doigt là où ça fait mal » a été très bien perçu par les salariés.

Le sens du contact et de la proximité

Outre la qualité des tracts, l’équipe a un autre atout de taille dans sa manche : son sens du contact et de la proximité. Même si, à l’image de Daphné, cela leur semble normal « sur un petit site où tout le monde se connaît ». Pourtant, comme le confirme Angel, « ce qui frappe au premier abord, outre le sourire permanent arboré par l’ensemble de l’équipe, Karim en tête, c’est leur empathie sincère vis-à-vis de leurs collègues, ainsi qu’une proximité rare ». En effet, il est impossible de se déplacer dans l’établissement et de croiser un salarié, même un cadre, sans que la discussion s’engage.
La campagne électorale a de fait eu des effets bénéfiques sur le développement : la section compte désormais plus de 25 adhérents, « et les adhésions continuent depuis les élections, se félicite Karim. La nouvelle équipe est à l’image de la CFDT : diverse par ses origines mais unie sur ses valeurs au service des salariés ». Jeune adhérent, David Delabarre ne dit pas autre chose : « On adhère à un syndicat pour ne plus se sentir seul dans l’entreprise et on choisit la CFDT pour ses valeurs. »

L’avenir leur appartient

Une équipe soudée, dynamique, et le soutien sans faille du DSC et du coordinateur groupe ne seront pas de trop face à la tâche qui attend la nouvelle équipe du CE. « On peut dire que la CGT a la défaite amère et nous attend au tournant, surtout qu’elle ne s’attendait pas à perdre », sourit Karim. Mais Daphné n’a pas le temps de s’attarder sur les petites mesquineries postélectorales. « Les attentes des salariés sont très fortes, plus importantes qu’une petite guéguerre syndicale », assure la nouvelle secrétaire du CE, qui peut enfin prendre ses marques dans le local.

« Notre objectif est que ce local, qui par la force de l’habitude était devenu une sorte de siège de la CGT, redevienne la propriété des salariés. » C’est pourquoi le bureau qui sert de local du CE est désormais ouvert à tous, ce qui tranche avec les pratiques du passé. Même si la situation financière du comité d’établissement n’est pas des plus réjouissantes, Karim en est certain : « Il faut continuer à informer les collègues, comme on l’a fait pendant la campagne, en disant ce que l’on fait et en faisant ce que l’on dit. » Une volonté pleinement partagée par Daphné : « Notre campagne s’est faite sur la transparence et l’implication des salariés, il n’y a pas de raison que l’on change de méthode pour gérer le CE ! »

nballot@cfdt.fr

     


Repères

• La branche Marketing & Services de Total développe, approvisionne et commercialise des produits pétroliers et services associés. Elle recouvre les activités commerciales des stations-service et le commerce de carburants, biocarburants, fiouls, lubrifiants, GPL, bitumes, additifs et carburants spéciaux.

• L’établissement de Rouen est spécialisé dans la production d’huile pour les voitures et emploie 173 salariés.

• Outre Rouen, la CFDT est présente dans sept autres établissements de Total M&S en France.