Mille élus rassemblés pour agir ensemble

Publié le 24/10/2012 à 00H00
Valoriser l'action des élus, leur donner des outils pour agir, tisser des liens durables : tels étaient les trois objectifs du rassemblement des élus et désignés de la région Pays de la Loire.

«La CFDT, c’est vous. » Le message d’Yvan Ricordeau, secrétaire général de l’Uri Pays de la Loire, aux mille élus et désignés rassemblés le 9 octobre à Angers a constitué le fil rouge de la journée. Un rassemblement qui s’inscrit dans les expérimentations du chantier d’évolution de l’organisation « Soutien et accompagnement des militants ». « Toute la CFDT a besoin devotre connaissance du terrain pour capter la réalité vécue par les salariés, la traduire en objectifs revendicatifs et parvenir à obtenir des résultats concrets en faveur des salariés. » Faire cela, au quotidien sur le lieu de travail, constitue une responsabilité pour les militants. À la CFDT de la partager en les formant, les outillant et les accompagnant. « Si l’on ne devait retenir qu’un objectif de ce rassemblement [le troisième dans la région, après celui de 2009 et les rencontres décentralisées en 2011], c’est de partager la boîte à outils de la CFDT. »

Donner les clés pour agir
Sur l’ensemble de la palette de l’action syndicale (emploi, sécurisation des parcours professionnels, prévention des risques psychosociaux, pouvoir d’achat et rémunération, amélioration des conditions d’emploi dans la fonction publique, représentativité syndicale, lien aux salariés et adhérents), les participants ont pu débattre en ateliers des problèmes qu’ils rencontrent au quotidien, partager leurs initiatives, rendre compte de leurs difficultés, s’inspirer de l’expérience des autres. L’Uri a saisi l’occasion de leur faire découvrir « l’aide que peut leur apporter le syndicat, les structures interprofessionnelles, l’expertise » comme autant de clés d’action afin de trouver des solutions adaptées à chacun. Un temps de débat avec les fédérations a permis de faire le lien avec la dimension professionnelle, dans une approche que l’Uri veut « complémentaire » et non redondante.

Des participants disent à leur manière toute l’utilité d’un tel rassemblement : « J’ai du mal à trouver des personnes-ressources dans la CFDT pour répondre à des questions techniques. » Même ceux qui ne sont pas nouveaux venus à la CFDT expriment l’intérêt de se rencontrer, de prendre conscience du réseau que constituent les militants CFDT et ses structures. François Chérèque, venu débattre des enjeux revendicatifs de la période – la crise des dettes souveraines en Europe, la situation économique et sociale en France, les négociations sur l’emploi, la question de la compétitivité – mais aussi de pratiques syndicales, ne leur a pas dit autre chose : « Si la CFDT existe, si elle est une force syndicale reconnue, c’est grâce à vous ! »

Tisser le lien au quotidien. L’Uri ne compte pas en rester là. « Il y aura d’autres rassemblements, sous d’autres formes », a indiqué Yvan Ricordeau. Dans l’immédiat, l’Union régionale a lancé une quinzaine de la syndicalisation pour aller à la rencontre des salariés et leur proposer l’ad­hésion : « Plus en est nombreux, mieux on capte les réalités du monde du ­travail et plus on est en capacité de construire le syndicalisme dont les salariés ont besoin. » L’Assemblée générale des 28 et 29 novembre à Paris sera également un temps fort mettant à l’honneur les acteurs des changements de toute la CFDT. Enfin, la semaine d’action revendicative, en avril 2013, permettra aux « Ligériens » de se former aux enjeux de la période. D’ici là, c’est au quotidien que le lien aux militants continuera d’être tissé. Pour qu’ils puissent dire haut et fort : « La CFDT, c’est nous ! »

Aurélie Seigne