La CFDT se dote d’une charte interne de lutte contre les violences sexistes et sexuelles

Publié le 29/10/2020

Réunie en Conseil national confédéral, la CFDT a adopté le 15 octobre dernier une charte de prévention des violences sexistes et sexuelles destinée à être mise en œuvre dans toutes les structures militantes.

« Certains comportements autrefois qualifiés de gauloiseries, tolérés ou passés sous silence, sont de plus en plus fréquemment dénoncés par les militantes ou militants, victimes ou témoins, a souligné Béatrice Lestic, la secrétaire nationale chargée du dossier. Il ne s’agit pas d’un sujet d’éthique ou de morale mais d’un sujet politique qui s’inscrit dans un rapport de domination hiérarchique et de domination masculine. »

Prévenir et réagir, les piliers principaux de la charte

Dans son volet prévention, cette charte liste les mesures à mettre en œuvre dans les différentes structures : sensibilisation au sexisme, affichage, processus clair et transparent pour les victimes ou les témoins de propos et d’agissements sexistes ou de violences sexuelles. Le document indique également la marche à suivre afin de faire cesser tout propos ou comportement inapproprié, depuis l’information relative à la sanction encourue jusqu’à la sanction elle-même, qui peut aboutir à un « démandatement », voire une exclusion. « Il ne s’agit pas d’esquiver la sanction, qui rend la démarche crédible autant pour les victimes que pour les auteurs avérés ou potentiels », a précisé Béatrice Lestic. La charte répond à un double enjeu : préserver l’image de l’organisation et protéger les militantes et militants. Les secrétaires généraux des unions régionales interprofessionnelles, des fédérations, des unions territoriales et locales et des syndicats sont invités à signer la charte au nom de leurs organisations respectives. « Chacune et chacun doit être partie prenante », conclut la secrétaire nationale, annonçant par là même une vaste campagne de communication qui se déroulera du 9 au 13 novembre.

mneltchaninoff@cfdt.fr