Congrès de Marseille : c’est parti !

Publié le 02/06/2014 (mis à jour le 04/06/2014)

Le 2 juin à Marseille, devant près de 2 000 délégués, Laurent Berger a donné le coup d'envoi du 48congrès de la Confédération, en présentant le rapport d’activité de la dernière mandature. 

      
    Le film de présentation du Rapport d'activité   

C’est parti pour le 48e congrès de la CFDT ! Après l’intervention de bienvenue tout en humour, et avec l’accent, de Charles Pellotieri, le secrétaire général de la CFDT-Paca, Laurent Berger a présenté le rapport d’activité. Impossible pour le secrétaire général de ne pas réagir aux résultats des élections européennes. Et de rappeler que « le Front national n’est pas un parti comme les autres, il est une menace pour la démocratie et les droits des salariés ».

« Oui, nous avons été utiles aux salariés ! »

LB Congrès ClémentRevenant sur les quatre années écoulées, le secrétaire général a insisté sur le fait que « malgré l’adversité, dans un contexte d’incertitudes et de difficultés économiques et sociales particulièrement lourdes », la CFDT a tenu le cap qu’elle s’était fixé lors de son dernier congrès, en 2010 : « Reconstruire l’avenir avec les salariés ». Ainsi, par l’action de ses militants sur le terrain avec comme fil rouge l’emploi et le travail, la CFDT « a obtenu des résultats concrets pour les salariés et conforté sa vision du syndicalisme moderne ». Ce qui fait dire à Laurent Berger, sous un tonnerre d’applaudissements : « Avons-nous été utiles aux salariés ? La réponse est oui, osons le dire ! » Les salariés semblent penser la même chose, à en juger par les premiers résultats de la représentativité – qui placent la CFDT deuxième organisation syndicale, juste derrière la CGT, dans le privé comme dans le public. Les agents des fonctions publiques, particulièrement mis à mal ces dernières années, ont une nouvelle fois reçu le soutien du secrétaire général de la CFDT, selon qui « le gel du point d’indice constitue un déni inacceptable de reconnaissance de leur travail ». La CFDT continuera de dire haut et fort au gouvernement que « le dialogue social, c’est valable pour tous les employeurs, y compris l’État. »

Un satisfecit partagé par l’ensemble des syndicats…

Foule ClémentEnfin, en conclusion de sa présentation, Laurent Berger a reconnu que la Confédération avait « failli » en ce qui concerne le dossier Gasel (le nouveau système de gestion des adhérents), dont les bugs ont très nettement compliqué la vie des trésoriers de syndicat ces derniers mois. Une amende honorable indispensable, et appréciée, vu le nombre d’interventions qui ont abordé le sujet.

Au-delà de Gasel, les interventions de ce premier après-midi de congrès ont, dans leur très grande majorité, accordé un satisfecit à l’action de la Confédération depuis 2010. Comme le dit Yann Frioux pour la Fédération santé-sociaux « la proximité avec les salariés est devenue la pierre angulaire de notre action et de nos résultats » qui rend la CFDT « incontournable », surenchérit Maurice Tritsch du Syndicat chimie-énergie (SCE) d’Alsace. Conséquence naturelle des résultats obtenus par la CFDT, son action fait désormais « la fierté des adhérents » selon Rémi Brun du Syndicat de l’enseignement privé du Rhône.

… mais la CFDT doit aller encore plus loin

Pour autant, certains intervenants regrettent que les avancées obtenues par la CFDT n’aillent pas assez vite ni assez loin. C’est notamment le cas dans les petites et très petites entreprises, comme le fait remarquer Joël Raffanel du Syndicat services du Tarn, ou encore dans le domaine de l’égalité femmes-hommes, « y compris au sein de notre organisation », comme le pointe Isabelle Rault du SCE-Bretagne.

nballot@cfdt.fr

photos : © Thierry Nectoux / Regard social et Olivier Clément / Le FPP


  

 

 


Le congrès en replay

Revoir la présentation du rapport d'activité par Laurent Berger

Revoir la première partie des interventions du 2 juin

Revoir la seconde partie des interventions du 2 juin