Comment calculer votre impôt sur le revenu ?

Publié le 09/05/2017

Le calcul de l’impôt sur le revenu est assez complexe. Nous vous conseillons d’utiliser le simulateur de calcul de l’impôt de l’Administration fiscale.Vous trouverez dans cet article la marche à suivre pour calculer vous-même votre impôt. (lire la suite)

Vous devez d’abord déterminer le revenu brut global qui est la somme de tous vos revenus déclarés après déduction des divers abattements, comme les 10 % pour les salaires et les retraites, ou après déduction des frais réels si vous avez opté.

Ensuite, vous devez retrancher de ce revenu brut global, les éventuelles charges déductibles, comme les pensions alimentaires versées. Vous obtenez alors votre revenu net global imposable. 

C’est ce revenu (R) qui est soumis au barème d’imposition comportant cinq tranches d’imposition progressant de 0 % à 45 %. Vous devez déterminer votre nombre de parts (N) qui tient compte de votre situation personnelle et familiale et du nombre de vos enfants à charge.

Vous devez ensuite calculer le quotient R/N, le revenu imposable divisé par le nombre de parts. Ce résultat R/N détermine votre tranche d’imposition maximale.

Puis vous appliquez la formule du barème correspondante.

Barème 2017 (déclaration  2016)

Quotient R/N :

revenu imposable divisé par le nombre de part

Montant de l’impôt brut

N’excédant pas 9 710 €

0

Compris entre :

 

9 710 € et 26 818 €

(R x 14 %) – (1 359 € x N)

26 818  € et 71 898 €

(R x 30 %) – 5 650,28 € x N)

71 898 € et 152 260 €

(R x 41 %) – (13 559,06 € x N)

supérieur à 152 260 €

(R x 45 %) – (19 6649,46 € x N)

 

Conseil : en cas de difficulté, nous vous conseillons d’utiliser le simulateur de calcul de l’impôt ou de contacter votre centre des finances publiques dont les coordonnées figurent sur votre déclaration ou consultez la recherche.

Le plafonnement des demi-parts

La majoration du nombre de parts, pour les enfants à charge par exemple, procure un avantage fiscal qui croît avec le niveau des revenus déclarés. Afin d’atténuer ces effets, l’avantage est plafonné pour chaque demi-part.

Le plafonnement ne concerne donc que les contribuables dont le revenu imposable excède certaines limites. Pour un couple marié ou lié par un pacs ou un veuf dont le conjoint est décédé l’année de l’imposition, le plafonnement des demi-parts commence à 58 841 € pour 1 enfant, 64 044 € pour 2 enfants, 74 447 € pour 3 enfants, 84851 € pour 4 enfants…).

Ainsi, pour les enfants à charge, le gain en impôt pour chaque demi-part est plafonné à 1 512 €. Le plafond est de 755 € pour chaque quart de part en cas de garde alternée. Un ménage aisé (disposant d’un revenu imposable supérieur à 74 447 €), ayant trois enfants mineurs à charge, soit quatre parts, bénéficiera d’un avantage fiscal maximum de 1 512 € pour chacun de deux premiers enfants et de 3 020 € pour le troisième, soit au total 6 040 €.

Exceptions : L’avantage fiscal accordé au titre de la demi-part supplémentaire pour les contribuables à raison d’une invalidité ou en leur qualité d’ancien combattant est plafonné à 3 020 € par demi-part. Par ailleurs, les contribuables veuf(ve)s ayant des enfants à charge qui bénéficient d’une part supplémentaire de quotient familial voient le plafonnement des effets du quotient familial limités à 1 512 € pour chacune des deux premières demi-parts supplémentaires et d’une réduction d’impôt complémentaire de 1 684 €.

Cas de la demi-part pour avoir élevé des enfants : si vous êtes célibataire, divorcé, séparé ou veuf, sans enfant à charge et que vous viviez seul au 1er janvier 2016 et que vous élevez un ou des enfants imposés séparément en leur nom propre, et si vous avez élevé seul au moins un enfant pendant cinq années (case L de la déclaration), vous bénéficiez d’une demi-part supplémentaire plafonnée est de 903 €.

La décote

Selon votre situation familiale, si votre impôt brut est inférieur à 1 553 € (célibataire, divorcé ou veuf) ou à 2 560 € (mariés ou pacsés soumis à imposition commune), vous bénéficiez de la décote qui a pour effet d’atténuer le montant de l’impôt. Cette décote est égale à la différence entre 1 165 € et les ¾ de votre impôt (pour un célibataire, divorcé ou veuf) et 1 920 € et les ¾ de votre impôt (mariés ou pacsés soumis à imposition commune).

Exemple : Vous êtes mariés et votre impôt brut, par application du barème, est de 1 140€. Votre décote est égale à 1920€ – 855€ (1140 × ¾) = 1065€. Votre impôt après décote s’élève à 1140€ – 1065€ = 75€. Ensuite, sont déduits, si vous y avez droit, les réductions d’impôt et les crédits d’impôt. Si le montant maximum de votre impôt est de 75€, il ne sera pas mis en recouvrement (cf. ci-dessous).

 

Minimum de perception

Si le montant de votre impôt, après les réductions d’impôt mais avant les crédits d’impôt, est inférieur à 75 €, il n’est pas mis en recouvrement (61€ selon l’article 1657-1 bis du CGI mais porté dans les faits à 75€ avec la nouvelle réduction d’impôt pour les foyers modestes).

Vous n’avez donc rien à payer. Pour autant, vous n’êtes pas considéré comme non imposable (voir la documentation fiscale).