Retour en classe… compliqué

Publié le 18/09/2020

« Une rentrée inédite, dans des conditions sanitaires et avec un cadre d’accueil qui ont évolué jusqu’à la veille de la rentrée » : Catherine Nave-Bekhti, secrétaire générale du Sgen-CFDT, a ainsi qualifié la reprise des cours lors d’une conférence de presse conjointe avec la FEP (Fédération de la Formation et de l’Enseignement privés).

Alors que les annonces de fermetures de classe en raison de cas de Covid se multiplient – le ministre de l’Éducation nationale faisait état le 10 septembre de 32 écoles et de 524 classes fermées –, dans les établissements, l’incertitude et le manque d’information prévalent. « Nous ne savons même pas si les établissements privés sont compris dans les chiffres de fermetures annoncées par le ministre », indique Bruno Lamour, secrétaire général de la CFDT-Formation et enseignement privés. « Il faut sortir de cette gestion par à-coups qui place les équipes en tension », ajoute Catherine Nave-Bekhti, qui souhaite la tenue de comités de suivi de la situation sanitaire dans chaque circonscription pour plus de transparence dans les processus de décision.

Côté équipements de protection, nombre d’enseignants n’ont reçu que deux masques pour une semaine de travail. Et le manque d’organisation se ressent sur le plan pédagogique. L’appli « Ma classe à la maison », fermée le 5 juillet, n’a été rouverte que le 7 septembre, alors que les enseignants auraient pu mettre à profit les premiers jours pour aider les élèves à se familiariser avec cet outil. Un retard est également noté sur la dotation d’heures supplémentaires promises pour accompagner les élèves en difficulté…

Un désaccord de fond

La conférence de presse de rentrée aura été l’occasion de rappeler la position syndicale relative à la revalorisation de la rémunération des enseignants, actuellement en discussion. « Nous avons un désaccord de fond avec le ministre, qui veut utiliser une partie de l’enveloppe pour financer des heures supplémentaires, précise le Sgen. Cette logique de contrepartie ne nous convient pas ; ce doit être une reconnaissance réelle du travail des personnels, pas uniquement des enseignants. »

mneltchaninoff@cfdt.fr 

photo © S.Lambert Haytham / Réa