Rentrée scolaire : Va-t-on vers un changement de méthode ?

Publié le 02/09/2019

« Il y a eu une grande fatigue accumulée l’an dernier, avec la préparation de la réforme du bac et de fortes périodes de tensions », résume la secrétaire générale du Sgen-CFDT, Catherine Nave-Bekhti. 

Alors pas question d’entamer une nouvelle année scolaire sous les mêmes auspices ! De son côté, le ministre de l’Éducation nationale espère déminer le terrain au maximum avant la rentrée des classes, le 2 septembre. Aussi recevait-il cette semaine l’ensemble des organisations syndicales – une première série de rencontres bilatérales avait eu lieu à la mi-juillet. « Un geste bienvenu, estime le Sgen-CFDT à sa sortie du ministère, tant il devient urgent que le ministre réinstaure la confiance avec l’ensemble de la communauté éducative en installant les conditions d’une véritable co-construction des politiques éducatives. » Devant eux, Jean-Michel Blanquer a confirmé la mise en place de plusieurs comités de suivi en vue de faciliter les remontées de terrain et d’analyser les difficultés en temps réel. L’un d’eux porte sur la réforme du bac, principal point de blocage du corps enseignant. « L’initiative est louable, mais elle reste à perfectionner », résume Catherine Nave-Bekhti. Dans les faits, la réforme du bac ne verra le jour qu’en 2021 mais doit se traduire dès cette année par une réforme du lycée, ce qui laisse craindre des problèmes d’emplois du temps, d’effectifs, et plus globalement d’organisation du travail des personnels de l’Éducation nationale dans les prochains mois.

Réforme des retraites, l’autre sujet d’inquiétude

Les syndicats s’inquiètent également de la réforme des retraites, le haut-commissaire à la réforme Jean-Paul Delevoye ayant lui-même reconnu qu’elle risquait de pénaliser les catégories qui touchent peu de primes, comme les enseignants. Selon la CFDT, il s’agit d’ouvrir le chantier des rémunérations des agents pour compenser les possibles effets de la réforme, et d’offrir une perspective aux personnels qui intégreront l’Éducation nationale à compter de 2025, date de mise en œuvre de la future réforme.

aballe@cfdt.fr