Mobilisations contre les salaires à prix cassés dans le textile

Publié le 12/02/2015

Une campagne choc, menée par le collectif Ethique sur l’étiquette, et soutenue par la CFDT, dénonce les salaires de misère des ouvrières du textile en Asie et met en cause la responsabilité des marques.

Ouvirères 2 OliclemDébut février, à l’occasion de la fin des soldes d’hiver, une vente « d’ouvrières soldées » a eu lieu passage du Havre, à Paris, au cœur du quartier des grands magasins. Un happening destiné à alerter les consommateurs et les médias. Des jeunes femmes portaient autour du cou des panneaux indiquant les montants des salaires mensuels pratiqués : au Sri-Lanka 50,31 euros, au Cambodge, 60,68 euros, au lieu du salaire vital, estimé par le collectif à 259,46 euros pour le Sri-lanka et 285,83 euros au Cambodge. Le salaire vital n’est pas le salaire minimum réglementaire, qui la plupart du temps est notoirement insuffisant. Il correspond au revenu minimum nécessaire pour que les ouvrières puissent subvenir à leurs besoins fondamentaux : se nourrir, se loger, se soigner, envoyer leurs enfants à l’école. Un t-shirt à 29 euros ne rapporte que 18 centimes à l’ouvrière qui l’a cousu.

Inlassablement, le collectif Ethique sur l’étiquette dénonce les grandes marques de vêtements occidentales qui, sans aucun scrupule, font fabriquer leurs produits en Asie du Sud-Est par une main d’œuvre sous-payée, dans des conditions de travail désastreuses. Le collectif regroupe, outre la CFDT, une vingtaine d’organisations de solidarité internationale et d’éducation populaire, et organise des campagnes visant à interpeller les décideurs politiques et économiques. La responsabilité des donneurs d’ordre vis-à-vis des travailleurs employés chez des fournisseurs au bout du monde est une idée qui fait son chemin, malgré les freins de tous ordres. Une pétition intitulée « Rana Plaza, Bhopal, Erika, halte à l’impunité des multinationales » a été mise en ligne par le collectif Ethique sur l’étiquette. A la mi-février, elle recueillait 148 000 signatures. Un bon début.

mnelchaninoff@cfdt.fr

photos © Olivier Clément / Le fil photopresse